Le contexte

Les revoilà ! Comme par hasard, à une quinzaine de jours de Roland-Garros, Rafael Nadal et Novak Djokovic repointent le bout de leur nez. A Rome cette semaine, l’Espagnol et le Serbe ont rappelé une évidence que certains observateurs ont parfois vite tendance à oublier : ils restent les hommes à battre sur le circuit. Malgré des résultats moins impressionnants que leurs standards habituels depuis le début de ce printemps sur terre battue, ils n’en demeurent pas moins des monstres et des bêtes de compétition incroyablement difficiles à dompter.
Roland-Garros
L'increvable roi
13/06/2021 À 17:24
Prenez Rafael Nadal. Malgré ses défaites en quarts de finale en Masters 1000 à Monte-Carlo par Andrey Rublev et Madrid par Alexander Zverev, il avait annoncé avant même d’arriver en Italie ne pas avoir changé d’objectif, c’est-à-dire aller y chercher un 10e titre. Force est de constater que malgré l’adversité et un tableau pour le moins exigeant, l’intéressé est là où il voulait être. Convaincant face à un Jannik Sinner décomplexé pour son entrée en lice, le Majorquin est certes passé très près de la sortie de piste précoce contre Denis Shapovalov, écartant deux balles de match au passage. Mais à la castagne et au mental, il s’en est sorti.

Sérieux, Nadal ne s'est pas laissé surprendre par Opelka : les temps forts de sa victoire

Mieux : physiquement, Nadal va quitter Rome, et ce quoi qu’il arrive ce dimanche, avec des garanties. Car après avoir bataillé trois heures et demie contre le Canadien, il a pu enchaîner avec une belle revanche contre Zverev. S’il n’est toujours pas irrésistible, le Taureau de Manacor a retrouvé beaucoup d’allant cette semaine et surtout ce sang-froid qui le caractérise dans les moments chauds. Il a été capable de jouer son meilleur tennis quand il en avait le plus besoin et est sur la tendance ascendante qu’il pressentait. La même chose peut être dite de Novak Djokovic qui a clairement haussé le ton après ses défaites en huitième à Monte-Carlo et en demie à Belgrade.
Si l’interruption par la pluie lui a donné une chance de se relancer face à l’homme en forme de la saison sur terre battue Stefanos Tsitsipas, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il l’a saisie. En inversant la tendance dans ce quart de finale, il s’est offert le match-référence dont il avait besoin mentalement. Il a également mis sa condition physique à l’épreuve samedi avec ces deux matches gagnés dans la même journée. De quoi tirer de sacrés enseignements avant la deuxième levée du Grand Chelem de l’année : le pic de forme tant désiré arrive au moment voulu. Cerise sur le gâteau, il va pouvoir se frotter au défi ultime sur terre battue et voir si ses facultés de récupération sont toujours aussi exceptionnelles.

Porté par la foule, Sonego a fait vaciller Djokovic : leur passe d’armes en vidéo

Face-à-face

  • Rafael Nadal et Novak Djokovic s’apprêtent à croiser le fer pour la 57e fois sur le circuit, ce qui en fait le duel le plus récurrent entre deux joueurs. Le numéro 1 mondial serbe mène d’une courte tête face à l’Espagnol 29-27.
  • Sur terre battue, Nadal a néanmoins un avantage conséquent puisqu’il a gagné 18 de leurs 25 confrontations et 8 de leurs 12 finales. Il s’est d’ailleurs imposé lors de leur dernier duel et de manière très sèche en finale de Roland-Garros 2020 (6-0, 6-2, 7-5).
  • A Rome, il s’agira du 9e affrontement entre les deux hommes, le bilan est cette fois plus serré : 5-3 en faveur du Majorquin.
  • La dernière victoire sur ocre de Djokovic remonte à un quart de finale à… Rome justement (7-5, 7-6) voici cinq ans. Nadal reste sur 4 victoires face à son rival sur sa surface favorite.

Absolument partout, Djokovic a dégoûté Sonego

Leur parcours

Novak Djokovic
2e tour : bat Taylor Fritz [E-U] 6-3, 7-6(5)
1/8e de finale : bat Alejandro Davidovich Fokina [ESP/Q] 6-2, 6-1
1/4 de finale : bat Stefanos Tsitsipas [GRE/N.5] 4-6, 7-5, 7-5
1/2 finale : bat Lorenzo Sonago [ITA] 6-3, 6-7(5), 6-2
Rafael Nadal
2e tour : bat Jannik Sinner [ITA] 7-5, 6-4
1/8e de finale : bat Denis Shapovalov [CAN/N.13] 3-6, 6-4, 7-6(3)
1/4 de finale : bat Alexander Zverev [ALL/N.6] 6-3, 6-4
1/2 finale : bat Reilly Opelka [E-U] 6-4, 6-4

Ils ont dit

Novak Djokovic : "Il y a quelques jours, Rafa a dit que Roger, lui et moi étions âgés, mais je ne suis pas d'accord. On montre une énergie différente, rafraîchissante. Le défier sur terre battue, en finale d'un des plus grands tournois du monde, c'est toujours une motivation supplémentaire pour moi. J’espère que je serai frais. C’est nécessaire pour avoir une chance contre Rafa."
Rafael Nadal : "J’ai fait beaucoup de bonnes choses cette semaine, et j’ai joué avec un bel état d’esprit. C’est important d’avoir retrouvé la confiance nécessaire pour rejouer une finale de cette importance. J’ai eu aussi beaucoup de matches durs physiquement et mentalement."

3h27 de course-poursuite sur un fil : Nadal, en mode survie, a fini par dompter Shapovalov

Trois stats à avoir en tête

3h24. Soit la différence de temps passé sur le court entre Novak Djokovic (4h56) et Rafael Nadal (1h32) samedi. La pluie avait déjà contraint le Serbe à se farcir du rab de quart de finale dans la matinée. Mais Djokovic a aussi dû en passer deux fois par un troisième set, renversant complètement un match mal embarqué contre Tsitsipas. L'état de fraîcheur pourrait coûter gros dimanche, alors que les deux hommes souhaiteront aussi éviter la surchauffe aussi près de Roland-Garros.
6. Jamais une finale n'avait aussi fréquemment eu les mêmes acteurs. Les trente dernières années n'ont pas manqué de rivalités saignantes. Mais aucun tournoi n'avait connu six finales entre deux mêmes joueurs depuis 1990 en Masters 1000, Grand Chelem ou pour le Masters de fin de saison. Nadal et Djokovic se sont déjà affronté en 2009, 2011, 2012, 2014, et 2019 pour le titre à Rome. Jusqu'alors, l'alternance entre les deux hommes a été parfaite, avec deux titres pour le Joker entre ceux du Majorquin. 2021 va-t-il suivre la tendance et voir Djokovic l'emporter ?
500. Lors de sa demi-finale contre Reilly Opelka, Rafael Nadal a laissé une plus grande trace encore sur la terre battue. L'Espagnol est devenu le septième joueur de l'ère Open à disputer 500 matches en carrière sur terre, seulement devancé au nombre de victoires sur ocre par les deux plus grands stakhanovistes de la surface, Guillermo Vilas (854 matches) et Manuel Orantes (739 matches). Dimanche, il pourrait décrocher son 459e succès et revenir par la même occasion à hauteur de son adversaire du jour au nombre de Masters 1000 remportés en carrière (36 contre 35).

Notre avis

Quand ces deux monstres s’affrontent, il est souvent difficile d'être catégorique. Néanmoins, Rafael Nadal semble partir avec un avantage substantiel avant ce rendez-vous. D’abord parce que, comme nous l’avons vu plus haut, le Majorquin a gagné les quatre derniers duels sur terre battue entre les deux hommes et à Roland-Garros voici un peu plus de six mois, il l’a fait de manière écrasante. Meilleur joueur de l’histoire sur terre battue, l’ogre de l’ocre part toujours avec une longueur d’avance sur sa surface favorite, sauf crise de confiance majeure comme ce fut le cas en 2015.
Ensuite et surtout parce qu’il abordera cette finale dans de bien meilleures conditions en termes de récupération. Le numéro 3 mondial a beau avoir rejeté l’argument en conférence de presse, Novak Djokovic aura factuellement moins de temps pour récupérer en raison de l’heure à laquelle s’est terminée sa demi-finale. Et il serait étonnant qu’après le samedi marathon qu’il a vécu, le numéro 1 mondial puisse tenir de bout en bout le bras de fer dans les échanges longs s’il est engagé.

Bousculé, toujours mené mais vainqueur : Comment Djokovic a fini par écoeurer Tsitsipas

Néanmoins, tennistiquement, le Djoker s’est peut-être davantage rassuré. Son quart de finale contre Stefanos Tsitsipas a incontestablement été le moment fort de la semaine et on sait à quel point il peut être dangereux quand il a une confiance totale en ses capacités. Mais s’il n’a pas assez de jambes pour le porter, il ne sera pas en mesure de coller à la balle et de jouer aussi long qu’il sait si bien le faire. Sur certaines périodes de cette finale, il pourrait se montrer dominateur, moins sur la distance.
Notre pronostic : Rafael Nadal en trois sets.
Roland-Garros
Novak Djokovic et Stefanos Tsitsipas vont jouer un 5e set en finale
13/06/2021 À 16:29
Roland-Garros
Stefanos Tsitsipas mène deux sets à zéro contre Novak Djokovic en finale
13/06/2021 À 15:00