Il n'aura pas volé sa 11e finale à Rome. Novak Djokovic a sué sang et eau pour y parvenir samedi. Car après avoir renversé Stefanos Tsitsipas en fin de matinée (jusqu'en début d'après-midi) en quart de finale (4-6, 7-5, 7-5), le numéro 1 mondial a dû lutter dans la soirée pour ramener à la raison un Lorenzo Sonego transcendé par son public. Bien que chahuté, le Serbe a trouvé les ressources pour placer un dernier coup de reins salvateur et s'imposer en trois sets (6-3, 6-7, 6-2) et 2h44 d'empoignade. Il a ainsi gagné le droit de disputer sa 53e finale en Masters 1000 (un record), contre son plus grand rival, Rafael Nadal, tombeur de Reilly Opelka (6-4, 6-4).
Que restera-t-il dans le réservoir de Novak Djokovic ce dimanche ? C'est la grande question qui pourrait bien influer sur le scénario du dénouement certainement rêvé par les organisateurs, qui l'opposera au Taureau de Manacor. Car le Serbe aura passé près de cinq heures samedi sur le court central de Rome, pour terminer son quart de finale et remporter sa demi-finale. Pourtant, il a semblé en mesure lors de sa seconde apparition de la journée d'écourter les débats. Sur la lancée de sa remontée de la matinée, il était parti pour plier l'affaire en deux sets dans la soirée. C'était sans compter sur le coeur immense de Lorenzo Sonego.
Roland-Garros
L'increvable roi
IL Y A 6 HEURES

Absolument partout, Djokovic a dégoûté Sonego

Malgré une ambiance survoltée, Djokovic a su retrouver ses esprits

Pour sa première demi-finale en Masters 1000 et sur la lancée de ses deux grandes performances face à des Top 10 en huitième (Dominic Thiem) et en quart de finale (Andrey Rublev), l'Italien a tout donné, poussé par ses supporters, ravis de pouvoir assister de nouveau à un événement sportif de cette envergure. Et bien que dominé incontestablement et mené d'un set, il a résisté sur ses mises en jeu dans le deuxième acte, jusqu'à parvenir à faire quelque peu réfléchir le numéro 1 mondial. Djokovic a dû ainsi sauver ses deux premières balles de break synonymes de balles de set à 5-4 contre lui. Il a tenu le choc et fait la différence dans la foulée d'une superbe remise croisée. De quoi s'éviter quelques sueurs froides... ou pas.
Car à trop vouloir attendre la faute de son adversaire, le Serbe est devenu trop passif, et malgré deux premières balles de match à 6-5, il a vu un Sonego déchaîné faire le débreak. Pire : alors qu'il menait 3 points à 0, puis 4 à 2 dans le jeu décisif de ce deuxième set, il a vu l'Italien renverser la situation et remettre les compteurs à zéro. Un nouvel exploit ne semblait plus si improbable pour le 33e à l'ATP qui a même obtenu trois balles de break d'affilée dans le premier jeu du troisième acte.
Oui, mais voilà, Djokovic n'est pas numéro 1 mondial pour rien. Sans doute tendu par l'idée de voir la soirée se prolonger en cours de deuxième set, il a retrouvé du relâchement dans le troisième, et surtout de la longueur de balle dès le retour. Il a alors étouffé à nouveau son adversaire, breakant dans le troisième jeu, puis pour conclure. Beau joueur, Djokovic, auteur de 34 coups gagnants pour seulement 19 fautes directes dans la partie, a chaleureusement applaudi Sonego à sa sortie du court. Un immense défi l'attend désormais en prévision de son 57e duel contre Nadal : celui de la récupération. Il y a deux ans, il n'avait pas su le relever. Mais le Djoker aime frapper là où on ne l'attend pas.

Une course rageuse avant un subtil coup de poignet : son break, Djoko est allé le chercher !

Roland-Garros
Novak Djokovic et Stefanos Tsitsipas vont jouer un 5e set en finale
IL Y A 7 HEURES
Roland-Garros
Stefanos Tsitsipas mène deux sets à zéro contre Novak Djokovic en finale
IL Y A 8 HEURES