AFP

Finale : Jo-Wilfried Tsonga, 400 victoires sur le circuit, mais 17 mois sans titre

Tsonga, 400 victoires sur le circuit, mais 17 mois sans titre

Le 19/02/2017 à 00:51Mis à jour Le 19/02/2017 à 00:58

ATP ROTTERDAM - Dimanche, Jo-Wilfried Tsonga tentera de mettre fin à 17 mois sans trophée en s'attaquant à David Goffin en finale du tournoi ATP 500 (15h30). Une disette à laquelle le Français, qui a désormais 400 victoires sur le circuit, compte bien mettre fin.

17 mois, c'est long. Surtout quand on est un joueur de tennis en quête de sommet. Jo-Wilfried Tsonga n'en pense pas moins. Le Manceau de 31 ans n'a plus soulevé de trophée sur le circuit ATP depuis le 27 septembre 2015. C'était à Metz, face à Gilles Simon. Depuis, le Français a joué une finale de Masters 1000 à Shanghai, perdue face à Novak Djokovic fin 2015, et une autre à Vienne un an plus tard, perdue face à Andy Murray fin 2016. Deux déceptions qui ont laissé Tsonga sur sa faim. Dimanche, en finale de l'ATP 500 Rotterdam, JWT se remettra à table face à un autre joueur aux dents longues et futur membre du Top 10 lundi prochain : David Goffin.

"Je suis juste vraiment heureux de me retrouver en finale. C'est la dernière marche qui m'attend maintenant et ce n'est pas la plus facile. Alors je suis totalement concentré sur le prochain match", a simplement commenté un Tsonga qui guette son 13e titre en carrière. La semaine dernière, il n'est pas passé loin de jouer la finale de Montpellier, avant qu'Alexander Zverev n'en décide autrement. Cette semaine, Tsonga n'a pas laissé Tomas Berdych lui gâcher ce plaisir en demi-finale de Rotterdam, signant par là-même un 400e match gagné sur le circuit. Une marque plus symbolique qu'impressionnante pour le Français, déjà dans le Top 5 des joueurs français ayant remporté le plus de matches dans l'ère Open.

  • Yannick Noah 476 victoires/209 défaites (69,5 % de réussite)
  • Fabrice Santoro 470/444 (51,4 %)
  • Richard Gasquet 463/264 (63,7 %)
  • Gilles Simon 408/284 (59 %)
  • Jo-Wilfried Tsonga 400/183 (68,6 %)
  • Gaël Monfils 394/219 (64,3 %)

Celui qui est la référence française actuelle dans les tournois majeurs l'est aussi en termes de réussite. Avec quasiment 69% de matches remportés en carrière, sa moyenne est plus que respectable. Sa démonstration en 1h12 de jeu face à Tomas Berdych, qui l'avait récemment battu à Doha en début de saison, n'a fait que conforter cette impression : Tsonga est en grande forme. "C'était un bon match. J'ai été solide au service, ce qui est très bon pour mon jeu, a souligné un JWT qui n'a pas perdu un set de la semaine. Quand je sers de la sorte, je suis capable de faire plus au retour et d'être plus offensif."

Un point forcément partagé par David Goffin en vue de la finale de dimanche. Après avoir essuyé sans trop de difficulté celui de Pierre-Hugues Herbert en demi-finale, le Belge aux 154 victoires sur le circuit s'attend à avoir la vie dure face au Manceau. Mais cela ne fera pas tout. En 2011, Tsonga avait servi 20 aces face à Robin Söderling en finale de Rotterdam. Cela ne l'avait pas empêché de perdre, manquant de soulever son 2e trophée en ATP 500 après Tokyo en 2009. Cela dit, la saison 2011 reste un excellent souvenir pour le Français, qui a vécu l'une de ses meilleures années avec une demi-finale à Wimbledon, un quart à l'US Open et trois finales jouées au Queen's, à Bercy et au Masters. Rotterdam avait été son tremplin. Pourquoi pas encore cette année ?

0
0