Getty Images

Dans le flou, Murray cherche un second souffle en Asie

Dans le flou, Murray cherche un second souffle en Asie

Le 23/09/2019 à 18:42Mis à jour Le 24/09/2019 à 16:37

ATP ZHUHAI – Andy Murray poursuit son opération "come-back" mardi avec le début de sa tournée asiatique face à l’Américain Tennys Sandgren au 1er tour du nouvel ATP 250 chinois. Engagé sur quatre tournois consécutifs, l’Ecossais n’a qu’un objectif clair : accumuler les matches. Débarrassé de ses douleurs à la hanche, il est toutefois conscient de ses limites physiques du moment.

Andy Murray est un passionné. A 32 ans et après avoir subi une lourde opération à la hanche en début d’année, l’Ecossais aurait pu siffler la fin de la récré. Après tout, il n’a pas de quoi rougir de sa carrière : ancien numéro 1 mondial, trois fois vainqueur en Grand Chelem, titré à 45 reprises sur le circuit et double champion olympique, son palmarès fait envie à plus de 99 % des joueurs du circuit. Mais débarrassé de la douleur, il a repris la raquette à Cincinnati voici un mois avec un objectif : redevenir compétitif sur le circuit. Engagé dans le nouveau tournoi de Zhuhaï, il lance une séquence chargée pour lui de quatre semaines consécutives puisqu’il enchaînera à Pékin, Shanghaï et Anvers.

"Il y a deux ou trois ans, je ne me serais pas engagé dans les tableaux de quatre tournois consécutifs, parce que je me serais attendu à aller loin dans chacun d’entre eux. Et puis, j’ai toujours bien joué en Chine", a noté Murray (il y a gagné 5 titres dont trois à Shanghaï, ndlr). "Mais ma situation actuelle est différente, je ne joue pas au même niveau qu’à l’époque et je dois encore progresser physiquement. D’ici la fin de l’année, j’ai besoin de jouer des matches, et je n’ai pas la garantie de gagner chaque semaine, d’autant que je peux affronter des têtes de série d’entrée", a-t-il ajouté avec lucidité.

Vidéo - En progrès mais pas encore prêt, Murray n'a pas tenu la distance face à Sandgren

05:17

Un Challenger riche en enseignements

Car l’intéressé a déjà pris quelques marques depuis la mi-août. A Cincinnati puis à Winston-Salem, il a joué et perdu ses deux premiers matches sur le circuit ATP en simple depuis son opération, respectivement contre Richard Gasquet et l’Américain Tennys Sandgren qu’il retrouvera mardi au 1er tour à Zhuhaï. En quête de confiance et désireux de se tester sur le plan physique, il s’est ensuite aligné sur le circuit secondaire dans le Challenger Rafa Nadal à Majorque et y a atteint les huitièmes de finale avec deux succès et une défaite à la clé.

Cet exercice d’humilité pour un joueur de son envergure lui a permis de faire un premier bilan et lui a donné une idée du chemin qui lui restait à parcourir. "Lors de mon deuxième match là-bas, j’ai assez bien joué. J’ai battu un joueur classé aux alentours de la 120e place mondiale en deux sets (6-3, 6-4 contre le Slovaque Norbert Gombos alors 115e à l’ATP, ndlr), ce qui était une bonne victoire. Ensuite, j’ai eu beaucoup de difficultés sur le plan physique pendant mon troisième match. Je frappais mieux la balle en Espagne qu’aux Etats-Unis, et c’était vraiment positif de ce point de vue. Je pense que physiquement, j’ai encore beaucoup de travail à faire si je veux être capable d’être compétitif au plus haut niveau. Ce qui s’est passé à Majorque m’a montré que je n’étais pas encore tout à fait prêt à enchaîner les matches."

Vidéo - Face à un Murray en manque de rythme, Gasquet a été solide comme un roc

03:42
" Je ne m'attends pas à revenir à mon meilleur niveau"

Murray ne sait donc pas encore quelle tournure prendra cette tentative de come-back, mais il n’a pas (ou plus) peur de l’échec. "Honnêtement, je ne m'attends pas à revenir à mon meilleur niveau. Je pense qu'il serait probablement un peu naïf et idiot de penser que ce serait le cas. Le tennis a toujours été une grande partie de ma vie, mais j'ai réalisé que ma santé était probablement la chose la plus importante pour une existence heureuse et que j'avais probablement toujours eu peur de ce à quoi ressemblerait la vie après le tennis. Sans doute que lorsque les choses ne s'amélioreront plus pour moi, je devrai prendre une décision", a-t-il aussi confié à l’AFP.

Mais pour le moment, l’Ecossais a une belle marge de progression et il ne connaît pas encore ses nouvelles limites. Alors, il se fixe des objectifs, comme il l’a toujours fait. "Quand je suis engagé dans un tournoi, je peux m’entraîner avec les meilleurs joueurs, donc mon corps se réhabitue à ce rythme et à ce niveau… J’aimerais pouvoir disputer 12 à 15 matches d’ici la fin de saison pour que mon corps soit prêt pour la compétition et à jouer régulièrement. Je ne l’avais pas fait depuis deux ans, donc je mets du temps à retrouver la forme." Les semaines à venir seront sûrement décisives pour lui. Entre impatience et prudence, ses éventuels progrès seront guettés de près.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0