Getty Images

ATP Stuttgart - Roger Federer : "Plus Tommy Haas était bon et plus j’étais passif"

Federer : "Plus Tommy était bon et plus j’étais passif"

Le 14/06/2017 à 22:24Mis à jour Le 14/06/2017 à 22:26

ATP STUTTGART – Éliminé par son entrée en lice dès le 2e tour par le vétéran Tommy Haas (2-6, 7-6, 6-4), Roger Federer est évidemment revenu sur son retour raté sur gazon. Et si l’ancien numéro un ne tire pas que du négatif de sa rencontre, c’est aussi parce que son tombeur du jour est un vieil ami.

La première fois qu’il ont croisé le fer sur un court, c’était en 2000. À l’époque, les cadors du circuit s’appellaient Andre Agassi, Pete Sampras, Magnus Norman, Gustavo Kuerten ou Marat Safin. Une autre ère. Au moment de se retrouver sur le court ce mercredi, Tommy Haas (39 ans) et Roger Federer (35 ans) pesaient 74 ans à eux deux. Un duel de "papis" que l’on imaginait déséquilibré entre celui qui avait presque tout gagné cette saison avant sa pause sur terre et l’Allemand, passé au-delà de la 300e place mondiale. Ce fut tout l’inverse.

Une issue improbable que même lui ne semblait pas avoir envisagée, surtout avec un bilan aussi lourd en sa défaveur (13-3 avant le match). "Je suis sans voix après ma victoire. Cela faisait longtemps que je n’avais pas gagné deux matches à la suite et le faire aujourd’hui contre Roger… C’est clairement un des moments forts de ma carrière", a-t-il expliqué, radieux, après la rencontre.

Vidéo - Un premier set parfait pour Federer puis Haas a sorti le grand jeu : le résumé vidéo du match

02:34

Deuxième défaite de la saison, seulement

Surtout, le respect entre les deux hommes était très visible sur le court. Amis depuis quelques années, ces deux-là ont vu défiler plusieurs générations de joueurs et s’apprécient en dehors des terrains. Alors, quand Federer est venu face au micro, il n’a pu que saluer son pote de longue date : "Je ne suis pas tellement choqué d'avoir perdu. Je savais que je pouvais perdre contre Tommy. Il a été bon à la fin. Si je me réjouis pour quelqu'un, c'est pour Tommy".

Mais, sans faire injure à Haas, ce n’est évidemment pas la seule chose que les journalistes voulaient savoir après cette défaite, seulement sa deuxième de la saison après le couac à Doha en début d’année. Car si Federer était absent du circuit pendant deux mois et demi, c’était avant tout pour mieux préparer sa conquête d’un huitième Wimbledon en s’évitant les affres de la terre battue. Du coup, cette sortie de route prématurée est forcément "décevante", selon ses propres mots.

"C'était un match classique de gazon. Ça s'est décidé sur un service par ici, un retour par là. Si tu ne concrétises pas tes occasions, tu ne peux en vouloir qu'à toi-même. Il a été un peu meilleur. […] Plus le match avançait, plus il était bon, et plus j'étais passif" a-t-il détaillé, plutôt lucide sur son match.

" Ca fait du bien de rejouer un match "

Pour autant, sa première manche tout en maîtrise et élégance était clairement une bonne nouvelle. "Ce n'était pas un mauvais match, il y a eu des bons moments. Mais pas dans les moments où j'aurais dû prendre le dessus. J'ai fait des erreurs cruciales, des mauvais choix". Et, forcément, face au briscard Haas, il l’a payé.

"Ce n'est pas assez bon pour moi. Mais il y a du positif. Je suis sur gazon depuis deux semaines. Ça fait du bien de rejouer un match", a tout de même tempéré Federer, comme pour rappeler que les come-backs ne sont pas toujours tonitruants. Et puis, une défaite face à un ami, c’est toujours moins difficile à encaisser.

Roger Federer et Tommy Haas

Roger Federer et Tommy HaasGetty Images

0
0