Il a dit espérer atteindre la barre des 50 titres avant la fin de sa carrière. Andy Murray aura l'occasion dès cette semaine d'en ajouter un 47e à son superbe palmarès. Car vendredi, l'ex-numéro 1 mondial s'est ouvert les portes de sa 69e finale sur le circuit, plus de deux ans après la précédente à Anvers où il avait raflé la mise fin 2019. Pour ce faire, il a montré à nouveau à quel point il prospérait dans le combat pour renverser le 25e à l'ATP Reilly Opelka et ses 2 mètres 11 sur le score de 6-7, 6-4, 6-4 en 2h25 de jeu. Il tentera d'aller chercher le trophée face au Russe Aslan Karatsev, tombeur de Daniel Evans plus tard dans la journée (6-3, 6-7, 6-3).
Gagner le premier set contre Andy Murray ne constitue en rien une assurance de victoire. Comme Nikoloz Basilashvili plus tôt dans la semaine, Reilly Opelka l'a appris à ses dépens. Et ce même si le géant américain pensait avoir fait le plus dur en arrachant le tie-break initial 8 points à 6 dans une manche où les serveurs ont fait la loi, ne laissant pas la moindre opportunité de break à la relance.
ATP Sydney
Murray profite de l'abandon de Goffin pour enchaîner et... s'économiser
13/01/2022 À 09:35

Impérial au service et en défense, Murray a fini par trouver la clé à la relance

Oui mais voilà, "Sir Andy" n'en était visiblement qu'à l'échauffement, preuve que sa hanche en métal tient décidément bien le coup depuis plusieurs mois. Et il a fini par trouver la solution en retour dès le 3e jeu de la deuxième manche. Très en jambes, il a alors commencé à torturer Opelka par son sens tactique sans égal, parvenant même à lober la montagne américaine sur un point après l'avoir attirée au filet.
Un dernier break à 4-4 dans le 3e set et Murray pouvait conclure l'affaire sur son service. Le service justement, un secteur dans lequel il a considérablement haussé le ton vendredi par rapport au reste de sa semaine avec 67 % de premières balles, 88 % de réussite derrière, 16 aces et aucune double faute. Il a ainsi parfaitement protégé ses engagements, n'écartant qu'une petite occasion de break, mais cruciale, à 3-2 contre lui dans cette ultime manche.
Inspiré à l'échange et en défense, Murray semblait avoir retrouvé ses jambes de 20 ans. De bon augure quelques jours avant son grand retour à l'Open d'Australie, trois ans après avoir cru y mettre un terme à sa carrière.
ATP Sydney
3h13 de baston et de suspense : Murray a bien mérité son quart
12/01/2022 À 13:54
ATP Stockholm
Encore une sacrée perf' : Murray se paie Sinner
10/11/2021 À 19:31