Getty Images

Lucky loser et sacré à 19 ans, Rublev a vécu une incroyable semaine

Lucky loser et sacré à 19 ans, Rublev a vécu une incroyable semaine

Le 23/07/2017 à 22:59Mis à jour Le 23/07/2017 à 23:01

ATP UMAG - Eliminé en qualifications puis repêché après le forfait de Borna Coric, Andrey Rublev a créé une sensation en s'imposant dimanche à Umag. Le jeune Russe de 19 ans, vainqueur de l'Italien Paolo Lorenzi en deux sets (6-4, 6-2), a signé une performance rarissime compte tenu de son âge et de son statut de lucky loser.

Andrey Rublev n'imaginait pas à vivre une telle semaine. En fait, il ne s'attendait même pas à entrer dans le tableau final du tournoi d'Umag après sa défaite au dernier tour des qualifications. Mais le destin en a décidé autrement. Borna Coric contrait de déclarer forfait en raison d'une blessure au cou, le jeune Russe a hérité de la place laissée vacante par le Croate. Et il n'a pas manqué de saisir cette chance.

Rublev avait signé son premier coup d'éclat dans le tournoi en sortant le tenant du titre, Fabio Fognini, en quart de finale. Derrière, il ne s'était pas laissé gagner par la pression d'une première demi-finale sur le circuit en dominant Ivan Dodig, pourtant soutenu par le public croate. Le Moscovite est allé au bout de son rêve dimanche en dominant l'expérimenté Paolo Lorenzi, 35 ans et 34e mondiale, en deux sets (6-4, 6-2) pour boucler en beauté cette semaine dont il se souviendra à jamais.

Une performance rarissime

Sa performance ne doit pas passer inaperçue. Déjà parce que Rublev n'est que le 7e lucky loser à remporter un tournoi de l'ATP World Tour. Aussi parce que les joueurs de moins de 20 ans sacrés sur le circuit se font rares. Alexander Zverev l'avait fait en octobre dernier à Saint-Pétersbourg. Mais avant l'Allemand, il fallait remonter à août 2008 et la victoire de Marin Cilic à New Haven pour retrouver la trace d'une victoire d'un "teenager" sur un tournoi ATP.

Ce titre confirme la montée en puissance de l'espoir russe. Il n'occupait que la 130e place du classement il y a quatre mois. Quart de finaliste à Halle, battu par une autre étoile montante russe, Karen Khachanov, puis éliminé en cinq sets par Albert Ramos-Vinolas au 2e tour à Wimbledon après avoir été issu des qualifications, Rublev pointait au 74e rang avant d'arriver à Umag. Il en repart avec une première apparition dans le Top 50, à la 49e place. Et il n'a peut-être pas fini de grimper.

0
0