AFP

Jo-Wilfried Tsonga vient à bout d'Ivo Karlovic et s'offre une finale contre Andy Murray

Pour sa première finale de la saison, Tsonga aura droit à un adversaire de choix

Le 29/10/2016 à 16:55Mis à jour Le 29/10/2016 à 22:22

ATP VIENNE - Après un match au forceps, Jo-Wilfried Tsonga s'est offert sa première finale de la saison en battant en trois sets Ivo Karlovic (5-7, 7-5, 7-6 [8-6]). Dimanche, en finale, il affrontera Andy Murray pour espérer soulever son premier trophée de 2016. L'Ecossais s'est qualifié après l'abandon de David Ferrer.

Enfin. Après une saison 2016 compliquée, Jo-Wilfried Tsonga s'est enfin offert une finale. Sa première de la saison. Très solide face à Ivo Karlovic samedi après-midi (5-7, 7-5, 7-6 (6)), le Français a eu le mérite d'avoir le sang-froid pour conclure dans une dernière manche brûlante, qui plus est contre un gros serveur qui ne lui réussit guère. Dimanche, c'est un adversaire d'un autre calibre qui l'attend en la personne d'Andy Murray. Le numéro 2 mondial arrivera qui plus est totalement frais après le forfait de David Ferrer en demi-finale.

Mais que ce fut dur. Car face au serveur fou Karlovic, Tsonga a dû être patient, plus qu'à l'accoutumée. Après un premier set au couteau, c'est même le Croate qui avait le match en main. Une manche toute en puissance et c'est lui qui a rapidement viré en tête. Dans la deuxième manche, Karlovic s'est même offert une balle de double break. Avant de s'écrouler, sans raison. Au mental, Tsonga a recollé. Avant de replonger.

Une hypothétique qualification pour le Masters ?

Après avoir mené 4-2 dans le troisième set, le Français n'a pas su saisir les opportunités qui s'offraient à lui, comme cette volée complètement ratée qui a permis à Karlovic de revenir à 4-3. Puis, le Croate a remis en marche la machine à aces. Pour s'offrir une balle de match dans le tie-break. Mais, dans ce thriller haletant, il était écrit que le Français devait cette fois résister aux coups de boutoir de son adversaire. Et, sur sa première balle de match, il a parfaitement terminé pour s'offrir une finale en apothéose. Au grand regret du Croate.

Pour cette première finale de la saison, Tsonga aura donc fort à faire face à la terreur du moment, Andy Murray. Mais, après l'avoir bougé à Wimbledon, le Français sait qu'il a les armes pour offrir une réelle opposition au patron du moment. Et un motif de motivation supplémentaire. Car "Jo", qui sera au moins 13e à la Race lundi (et même 11e si on tient compte de la blessure de Nadal et de la suspension de Kyrgios), pourrait faire un bond en avant en cas de victoire finale. Et rêver d'une improbable qualification de dernière minute au Masters londonien, en cas de semaine parfaite à Bercy. Mais pour cela, il faudra d'abord faire tomber la montagne écossaise.

0
0