Imago

Masters 2014 : Kei Nishikori bat David Ferrer et qualifie Roger Federer pour les demi-finales

Nishikori avait expédié Federer en demies, le Suisse lui a rendu la pareille
Par Eurosport

Le 13/11/2014 à 17:17Mis à jour Le 13/11/2014 à 22:19

Vainqueur de David Ferrer, Kei Nishikori avait assuré la qualification de Roger Federer jeudi après-midi à Londres. Le Suisse a ensuite à son tour hissé le Japonais dans le dernier carré.

Kei Nishikori avait un pied et deux orteils en demi-finales après sa victoire en trois sets (4-6, 6-4, 6-1) face à David Ferrer, qui avait remplacé à la dernière minute Milos Raonic (blessure au quadriceps), ce jeudi au tournoi des Maîtres. Une manche remportée dans la soirée (21h) face à Andy Murray par Roger Federer, déjà qualifié pour le dernier carré, suffisait dès lors au protégé de Michael Chang pour emboîter le pas au Maestro.  

Jeudi soir, il n'a fallu que 24 minutes pour que Nishikori soit qualifié. 24 minutes, soit le temps mis par Roger Federer pour fesser Andy Murray 6-0 dans la première manche du dernier match de ce groupe. A partir de là, tout était réglé : Nishikori qualifié, Murray éliminé et Federer premier de cette poule.

Sur le court de l’O2 Arena, plus tôt dans la journée, Nishikori avait donc commencé en douceur face à un Ferrer qui a joué le jeu en se battant sur tous les points. Le Japonais a concédé la première manche (4-6) alors qu’il avait effectué le break en premier. Mais fort de la confiance qui l’habite, il a continué a développer son tennis sans jamais douter. Dès l’entame du deuxième acte, il s’est emparé du service de l’Espagnol pour ne plus jamais lâcher les commandes de la manche, notamment avec zéro balle de break concédée.

Kei Nishikori ravi

Kei Nishikori raviAFP

Le troisième set n’a été qu’une formalité pour Nishikori qui a déroulé son tennis, avec ses prises de balles précoces et son extraordinaire revers le long de la ligne. Sur les talons, Ferrer n’a jamais été en mesure de poser ses appuis pour tourner autour de son revers, afin distribuer le jeu avec son coup fort : le coup droit. Au final, le premier asiatique à disputer le Masters de fin de saison s’est imposé au terme d’un match joué en moins de deux heures de jeu. Une victoire "logique" pour celui qui a fait le jeu avec 41 coups gagnants pour 37 fautes directes (Ferrer 14/19).

0
0