Eurosport

Murray, six mois au paradis

Murray, six mois au paradis

Le 20/11/2016 à 22:53Mis à jour Le 21/11/2016 à 14:17

MASTERS LONDRES - Vainqueur du Masters pour la première fois de sa carrière dimanche, Andy Murray a parachevé une seconde moitié de saison absolument exceptionnelle. Et il l'a conclue de la plus significative des manières en battant, en tant que numéro un, son désormais dauphin Novak Djokovic.

La première moitié de la saison 2016 s'était achevée à Roland-Garros par le triomphe de Novak Djokovic en finale contre Andy Murray. La seconde partie de cette campagne (même s'il reste encore la finale de la Coupe Davis, pour ce qui est des tournois, c'est bien fini) a connu le dénouement exactement inverse, le Britannique dominant le Serbe en finale du Masters. La conclusion implacable de cinq mois et demi passés sur un nuage pour Andy Murray, dont le second semestre 2016 aura réellement été exceptionnel.

Sa première moitié de saison avait été solide. Deux finales sur les deux premières levées du Grand Chelem (Australie, Roland-Garros), un titre en Masters 1000 à Rome et une finale à Madrid. Mais quel contraste, tout de même, entre l'avant et l'après Roland-Garros ! L'Ecossais a signé dimanche contre Djokovic sa 50e victoire depuis le "French Open". Pour trois petites défaites, soit plus de 94% de réussite. A titre de comparaison, sur la même période, Djokovic, pourtant le deuxième meilleur joueur depuis Roland, n'a cumulé que 21 victoires...

Visuel Murray 8-10

La cerise qui manquait à son gâteau

Andy Murray a tout simplement été presque parfait de juin à novembre. Sur le dix tournois joués par le numéro un mondial, il a soulevé huit fois la coupe. Avec, en point d'orgue, son deuxième Wimbledon, son deuxième titre olympique, son premier Masters et deux nouveaux Masters 1000. Son seul faux-pas véritable aura été l'US Open, où il a disparu dès les quarts de finale, battu par Kei Nishikori. Le seul tournoi où il n'est pas parvenu à atteindre la finale...

Au passage, il a également aligné deux séries à plus de 20 victoires : 22, d'abord, de sa défaite à Roland-Garros contre Djokovic à celle contre Marin Cilic en finale à Cincinnati. La seconde est plus impressionnante encore, et elle n'est toujours pas terminée : Murray n'a plus connu le goût de la défaite depuis la Coupe Davis, quand il avait été battu mi-septembre par Juan Martin Del Potro. Soit 24 victoires de rang.

La seule limite de son bilan résidait dans le fait que cette exceptionnelle dynamique tenait en l'absence de victoire sur Novak Djokovic. Et pour cause, les deux hommes n'avaient pas eu l'occasion de se croiser depuis Roland-Garros. Dimanche, cette réserve-là a été balayée. En battant le Djoker nettement, sèchement, en finale du Masters, il a posé la cerise idéale sur son énorme gâteau. A ce titre, sa dernière victoire de la saison n'est pas la moins significative. Elle lui permet d'asseoir son autorité et de valider de façon définitive la période la plus faste de sa carrière.

Visuel Andy Murray avant/après Roland-Garros
0
0