AFP

Un succès sur Djokovic, le Masters et la place de N.1 : pour Murray, le bouquet final a été parfait

Pour Murray, le bouquet final a été parfait

Le 20/11/2016 à 21:01Mis à jour Le 20/11/2016 à 22:36

ATP WORLD TOUR FINALS - Andy Murray a bouclé en beauté sa fantastique fin de saison. Le Britannique a remporté dimanche, pour la première fois, le Masters en disposant en deux sets de Novak Djokovic (6-3, 6-4) lors d'une finale qu'il a dominée de la tête et des épaules en 1h42 à Londres. C'est la 24e victoire et le 5e titre de rang de Murray, qui termine la saison à la première place mondiale.

L’ère Murray est bel et bien lancée. Dans une finale historique face à Novak Djokovic, le Britannique a finalement fait respecter son nouveau statut de numéro un mondial en battant celui qui a dominé outrageusement le circuit depuis juillet 2014 en finale du Masters, dimanche soir à Londres. Mais l’affiche explosive, qui couronnait doublement le vainqueur avec le trophée des Maîtres et le trône ATP, n’a pas tenu toutes ses promesses : l’Ecossais a étouffé son adversaire, qui n’était que l’ombre de lui-même. Au final, une victoire sèche de Murray (6-3, 6-4) et désormais plus de 900 points d’avance au classement ATP. Et dire qu’il en avait plus de 8000 de retard à l’issue de Roland-Garros…

Le match marathon en demi-finale remporté en 3h40 face à Milos Raonic la veille n’a pas pesé dans les jambes de l’Ecossais. Sûr de lui, Murray n’a jamais douté pour poursuivre sa série-record en cours, désormais à 24 victoires de suite. Ce trophée du Masters est le premier pour le numéro un mondial et surtout le cinquième de suite sur le circuit. Avec neuf titres au total en 2016, dont trois remportés à Londres entre le Queen’s, Wimbledon et l’O² Arena, le Britannique est ainsi couronné au bout d’une saison qui aura été en tous points exceptionnelle.

24e victoire et 5 titres de suite pour Murray

Pourtant, Novak Djokovic avait envoyé des signes ostensibles d'un léger mieux. Dans son jeu et dans sa tête. Il n'avait pas perdu un match en round robin, avait littéralement écrasé Kei Nishikori en demi-finale du Masters samedi soir (6-1, 6-1) et même annoncé que son niveau était meilleur de jour en jour. Malgré son passage à vide entamé à Wimbledon, le Serbe aurait pu sauver la face en récupérant in extremis la place de numéro un mondial, sans que cela ne choque personne... mais ce dimanche, Andy Murray n'était pas décidé à se laisser faire.

Au coude-à-coude jusqu'à 4-3, le match a bousculé dans le huitième jeu. Djokovic a eu beau écarter deux premières balles de break après 10 minutes d'effort, la troisième occasion de Murray lui a été fatale. Et le premier set dans la poche du Britannique après 45 minutes de jeu. Le Serbe a continué à multiplier les fautes (30 au total contre la moitié pour Murray), son smash dans le filet à 2-1, 30/15 dans le second set a été un parfait exemple. Résultat : son adversaire s'est envolé dans le deuxième set avec un double break au compteur (6-3, 4-1). La première balle de débreak de Djokovic n'est arrivée qu'au bout de 1h20 de jeu... occasion convertie mais un peu tard, le mal étant déjà fait.

Sur sa dernière mise en jeu, Murray s'est donc offert sa toute première victoire au Masters et la confirmation que sa couronne de numéro un mondial n'était pas usurpée face à l'autre homme de la saison, qui est tout de même double vainqueur de Grand Chelem encore cette année. Ses deux victoires sur Andy Murray en finale de Melbourne et de Roland-Garros laissaient présager un cavalier seul du Serbe dans cette saison ; c'était sans compter sur l'incroyable résilience de l'Ecossais qui a bluffé son monde. Et lui aussi, sans doute.

0
0