Getty Images

Federer : "C’est peut-être une opportunité de prendre ma revanche"

Federer : "C’est peut-être une opportunité de prendre ma revanche"

Le 13/11/2019 à 23:27Mis à jour Le 14/11/2019 à 12:46

ATP FINALS – Roger Federer défie Novak Djokovic jeudi soir (à 21h) pour une place en demi-finale du Masters. Au-delà de cet enjeu, il s’agira du 49e duel entre deux monstres qui n’ont plus croisé le fer depuis leur finale épique à Wimbledon remportée sur le fil par le Serbe. En cas de succès, le Suisse priverait aussi son rival de la place de numéro 1 mondial.

Quatre mois après jour pour jour, l’heure des retrouvailles a sonné. Et comme le hasard fait bien les choses, Londres en sera encore le cadre majestueux. Le 14 juillet, Roger Federer et Novak Djokovic avaient livré une des joutes les plus haletantes de leur histoire commune sur le prestigieux gazon de Wimbledon. C’est donc avec une certaine fébrilité mâtinée d’impatience que l’on attend de savoir ce que nous réservera la soirée du 14 novembre sous les projecteurs de l’O2 Arena. Car si, cette fois, il n’y a pas de titre en Grand Chelem à aller chercher, le rendez-vous risque bien d’être électrique pour de multiples raisons.

Quand les groupes de ce Masters ont été dévoilés la semaine dernière, de nombreux observateurs avaient émis l’hypothèse d’un duel pour la première place de la poule Borg entre le Serbe et le Suisse. En s’imposant face aux deux joueurs, Dominic Thiem s’est assuré une place dans le dernier carré et a redistribué les cartes. Jeudi soir, ce troisième match s’apparentera donc à un véritable quart de finale, le vaincu abandonnant ainsi tout espoir de sacre. Le coup serait rude pour Federer qui a fait l’impasse à Paris-Bercy dans l’espoir d’être "à 100 %" de ses moyens à Londres pour aller chercher le "grand titre" qui lui manque en 2019.

Vidéo - Masters - Djokovic sur Federer : "La finale de Wimbledon n'a plus d'importance"

00:35

Un quart de finale aux multiples enjeux

Mais pour Djokovic, la pression n’est pas moins forte, au contraire. L’enjeu sera même double, car une défaite mettrait aussi fin à ses espoirs de reconquête de la première place mondiale. "Pour moi, finir l’année numéro 1, c’est l’une des deux plus grandes réussites qu’un joueur peut espérer avec une victoire en Grand Chelem. C’est vraiment tout en haut de mes objectifs à ce stade de ma carrière", confiait d’ailleurs le Serbe avant même le début des hostilités. C’est donc peu de dire qu’il ne s’agira pas d’escamoter ce 49e face-à-face.

Au-delà de ces considérations, ce match sera surtout l’occasion d’évacuer un traumatisme ou de renforcer une emprise. Difficile d’oublier, pour tout amateur de tennis qui se respecte, cette fin de finale irrespirable à Wimbledon et ces deux balles de match à 8-7 au 5e set manquées par Federer et/ou sauvées par Djokovic (une question de point de vue). Mais qu’en pensent les intéressés ? "Nous avons joué beaucoup de matches chacun de notre côté depuis. Je pense que nous pouvons tirer tous les deux une certaine confiance de cette finale qui était un super match. Bien sûr, lui en tirera beaucoup, et moi peut-être un peu moins", a observé le Suisse.

Vidéo - Encore en demi-teinte, Federer s'est donné le droit d'espérer à l'expérience

02:09
" Ça m’a peut-être pris quelques jours pour me remettre, deux semaines tout au plus"

Ce dernier s’est ainsi attaché à dédramatiser et à voir le bon côté des choses. Quand on tombe de cheval, mieux vaut vite remonter en selle. "Je ne craignais pas que Novak soit dans mon groupe. En fait, c’est bien pour moi de l’affronter, et peut-être que c’est une opportunité de prendre ma revanche ou quelque chose comme ça… Je suis très impatient à l’idée de jouer contre lui jeudi. Ça m’a peut-être pris quelques jours pour me remettre de cette défaite à Wimbledon, deux semaines tout au plus. Je pense que j’ai joué une super finale et un grand tournoi, avec une victoire contre Rafa (Nadal en demi-finale, ndlr) au passage."

Pas affecté Federer ? Il est permis d’en douter. Globalement supérieur lors de cette fameuse finale, il avait raté une belle occasion de reprendre la main dans leur rivalité. Au lieu de cela, il reste sur quatre défaites consécutives contre Djokovic et n’a même gagné que deux de leurs 11 derniers duels. A l’O2 Arena, il est aussi mené 3-2, mais n’y a plus affronté le Serbe depuis 2015. A l’époque, il s'était imposé en poule, avant de s’incliner en finale. La mission s’annonce donc plus que complexe, et l’ascendant psychologique clairement en faveur du "Djoker".

Vidéo - Thiem ultra-agressif, Djokovic formidable contreur : quel combat !

03:31

Federer devra hausser le curseur

"Je ne m’attends pas à ce que Roger soit encore affecté par cette finale, parce que son expérience et sa force mentale sont sans précédents. C’est incontestablement l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du tennis. Sa faculté à se remettre de grosses défaites ou à gérer la pression a été phénoménale depuis des années. J’ai énormément de respect pour lui", a pourtant estimé le numéro 2 mondial, méfiant. "Quand je joue contre lui, il produit quasiment à chaque fois son meilleur tennis. C’est très rare qu’il ne le fasse pas. Peut-être que ce sera un défi mental pour lui, je ne sais pas. Mais je ne veux pas l’espérer, je veux juste m’appuyer sur ce que je fais bien."

Leur dernière confrontation en indoor en demi-finale à Bercy l’an passé avait accouché d’un combat de toute beauté, encore enlevé sur le fil par le Serbe. Quand ces deux-là se retrouvent sur un court, on peut généralement s’attendre à quelques étincelles, mais l'état de forme actuel du Suisse pose question. Jamais totalement libéré face à Thiem lors de son premier match, Federer ne s’est pas vraiment rassuré contre un Matteo Berrettini pourtant limité mardi. S’il s’est imposé et un peu relancé, il est apparu bien loin du niveau entrevu à Bâle voici quinze jours. "Je pense que je dois me concentrer sur mon jeu, sur mes points forts. Et j’espère juste que je jouerai bien", a-t-il noté, comme un aveu sur ses sensations moyennes du moment.

Djokovic, lui, n’est pas loin de son tout meilleur niveau. Très solide lors de ses deux premiers matches, il n’a cédé sur le fil que contre un Thiem en état de grâce. La performance et la tactique gagnante de l’Autrichien, ultra-agressif, pourraient d'ailleurs inspirer Federer qui n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il prend la balle tôt pour asphyxier ses adversaires. Le "Maestro" devrait enfin pouvoir compter sur le soutien du public londonien dans son entreprise. Mais Djokovic a montré plus d’une fois par le passé qu’il n’était pas du genre à se laisser submerger.

Vidéo - Federer : "Je peux mieux jouer, c'est sûr"

01:44
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0