Sa fin de saison a été décevante, mais il n'est pas du genre à se lamenter. Félix Auger-Aliassime a vécu un opus 2020 contrasté, fait de hauts - avec trois nouvelles finales sur le circuit (Marseille, Rotterdam, Cologne) -, comme de moments plus difficiles, à l'image de ses quatre défaites consécutives pour terminer l'année. S'il est déjà bien installé au 21e rang mondial à 20 ans, le Canadien a senti la nécessité de changer des choses dans sa structure pour franchir un nouveau cap. Voici quelques semaines, il a ainsi pris la difficile décision de se séparer de Guillaume Marx, qui l'entraînait depuis six ans, et il s'est mis en quête d'un nouveau coach avec un profil bien spécifique, comme il l'a confié à nos confrères canadiens de la RDS.

Rolex Paris Masters
Endormi puis diminué, Auger-Aliassime cède face à Cilic
02/11/2020 À 20:09

"C’est une porte ouverte pour ajouter un mentor, un conseiller qui a l’expérience du très haut niveau, qui a soit accompagné des joueurs qui ont gagné des Grands Chelems, soit lui-même gagné des Grands Chelems. C’est une piste qu’on commence à ouvrir. Pour l’instant, j’ai le reste de mon équipe en place, Frédéric qui est toujours engagé totalement dans mon projet", a-t-il expliqué, ne donnant pas de noms plus précis.

Auger-Aliassime était sur un nuage face à Moutet : les temps forts de sa victoire

Se concentrer davantage sur les tournois du Grand Chelem

Plus jeune joueur à avoir gagné un match en Challenger à 14 ans, Auger-Aliassime est habitué à fasciner par sa précocité. Ce qui ne l'empêche pas de faire preuve d'une certaine maturité face à l'échec. S'il compte déjà six finales à son actif sur le circuit, il s'est récemment fait voler la vedette par l'Italien Jannik Sinner, quart-de-finaliste à Roland-Garros et titré à 19 ans à Sofia. "J’ai fait les choses assez vite jusqu’à présent, mais il y en a d'autres qui prennent du temps. Il faut que je sois patient et réaliste par rapport à ça. Je dois mettre la barre plus haut au niveau de mes exigences et de mon travail", a encore estimé l'intéressé.

Le Canadien sait où il veut aller et il veut mettre tous les atouts de son côté. Qualifié pour la première fois de sa carrière en huitième de finale d'un tournoi du Grand Chelem l'été dernier, il compte bien se montrer plus régulier en Majeurs dès la saison prochaine, quitte à faire des choix dans son calendrier. Depuis la reprise du circuit en août, il a joué pas moins de 10 tournois (soit 31 matches), un programme trop chargé pour arriver avec la fraîcheur nécessaire sur les plus grandes scènes.

"Ces quatre tournois sont une grande priorité pour nous, joueurs de tennis en général. Avec mon équipe, on se penche sur des choses à mettre en place pour être le plus performant possible lors de ces événements", a-t-il encore considéré. Comme son idole Roger Federer en son temps, Auger-Aliassime espère ainsi poser les fondations d'une longue et fructueuse carrière. Également nouveau membre du Conseil des joueurs à l'ATP, le jeune homme ne manque ni de convictions, ni d'ambition. Vu le professionnalisme du bonhomme, les candidats ne devraient pas manquer pour l'aider sur la voie du succès. On guettera avec attention l'identité de l'heureux(se) élu(e).

De 0-3 à 5-0 : Medvedev, la revanche éclatante et historique

ATP Cologne
Auger-Aliassime s'en sort miraculeusement
21/10/2020 À 21:49
ATP Cologne
Auger-Aliassime ou l’éloge de la persévérance
20/10/2020 À 20:18