Imago

Federer, fidèle parmi les fidèles

Federer, fidèle parmi les fidèles
Par Eurosport

Le 25/11/2011 à 22:38Mis à jour Le 26/11/2011 à 02:25

Le Masters dépeuplé des trois meilleurs joueurs actuels, Roger Federer apparaît comme le grand favori de la phase finale à Londres. David Ferrer, battu onze fois par le Suisse, ne dira pas le contraire. Ni même Tsonga et Berdych qui joueront la première demi-finale de Masters de leur carrière.

Le Masters a réservé de sacrées surprises tout au long de la semaine. Et les affiches des demi-finales du Masters entre Roger Federer et Tomas Berdych, et Jo-Wilfried Tsonga contre David Ferrer en sont une énorme. Le Tchèque et l'Espagnol ont réussi à sortir d'une poule où étaient présents Novak Djokovic et Andy Murray, tandis que le Français a écarté Rafael Nadal de son chemin. Alors que l'Ecossais, blessé à l'aine, n'a même pas pu terminer la phase de poule, le Serbe et le Majorquin, éreintés par une saison éprouvante, ont subi deux défaites en trois matches qui les ont éjectés de la compétition. Et voici comment les trois meilleurs joueurs actuels ne seront pas à l'affiche des demi-finales du Masters. Une première depuis plus de trente ans!

Loin de tout ce remue-ménage, Roger Federer, lui, a réalisé le parcours parfait. Trois matches et trois victoires pour le Suisse qui semble filer tranquillement vers un sixième titre en Masters. Il n'aura pas l'occasion de croiser pour la sixième fois de la saison Novak Djokovic. Le règlement très particulier du Masters aurait pu pourtant sauver la peau du N.1 mondial, mais c'était sans compter sur la volonté de Tomas Berdych de ne pas se laisser éliminer par David Ferrer lors de l'ultime match de poule. A la place d'une quatrième demi-finale majeure entre le Serbe et le Suisse en moins d'un an (après l'Open d'Australie, Roland-Garros et l'US Open), le public londonien assistera à une joute entre le tenant du titre et David Ferrer, dans une remake de la finale de 2007 remportée par l'Helvète (6-2, 6-3, 6-2). Depuis ce match, les deux joueurs ne se sont croisés qu'à trois reprises, la dernière encore au Masters il y a tout juste un an, en match de poule cette fois-ci, avec le même résultat au bout, une victoire suisse.

Federer, bête noire de Ferrer

Eurosport

Car la "chimère" Federer semble avoir repris vie. Le N.4 mondial accuse désormais 15 victoires consécutives et a remporté 20 de ses 21 derniers matches... Au point que l'abandon d'Andy Murray à Londres lui permette de retrouver la troisième place mondiale en cas de qualification pour la finale du Masters, tournoi où il vise même un sixième titre record. Sur ses neuf précédentes participations, il a rallié huit fois le dernier carré et joué six finales. Le quintuple vainqueur de l'épreuve a remporté 37 victoires et perdu seulement 7 fois, ce qui le place à la deuxième place des meilleurs bilans de la compétition, derrière Ivan Lendl (39/10) et juste devant Boris Becker (36/13). S'il s'impose dimanche à Londres, Federer sera la nouvelle référence du Masters. Autant dire que ce tournoi indoor n'a plus de secret pour lui. Tout comme son adversaire.

Tsonga et Berdych visent une 2e finale majeure

Si David Ferrer n'y parvient pas, Jo-Wilfried Tsonga et Tomas Berdych détermineront celui qui tentera de lui tenir tête. Opposés dans la seconde demi-finale en session de nuit dès 21h, les deux joueurs se connaissent peu, leur seule confrontation à ce jour ayant tourné à l'avantage du Tchèque début octobre en demi-finale du tournoi de Pékin (6-4, 3-6, 6-1). Âgés tous les deux de 26 ans, le Français et le Tchèque ont plusieurs points en commun. En plus d'avoir service et coup droit comme armes principales, ils se sont imposés au Masters 1000 de Paris-Bercy à trois ans d'intervalle (en 2005 pour le Tchèque et en 2008 pour le Manceau), ce qui leur donne un bagage non négligeable en indoor. De plus, ces deux joueurs ont déjà l'expérience d'une finale de Grand Chelem : à Wimbledon pour Berdych l'an passé et à l'Open d'Australie en 2008 pour Tsonga. Samedi, ils joueront ensemble leur première demi-finale de Masters cette année dans la logique continuité des choses.

Ce match sera d'autant plus important pour Tsonga qu'en plus d'une place en deuxième finale majeure à décrocher, le Français aura son sixième rang mondial à défendre. Berdych étant à une poignée de points derrière lui au classement (235 exactement), une victoire du Tchèque ferait reculer irrémédiablement le Français d'un cran au profit de son bourreau. Dans ce match de puncheurs, le vainqueur aura en tout cas un peu moins de temps de récupération que son prochain adversaire en finale. La victoire devra être aussi rapide que tranchante afin d'éviter que la rencontre de dimanche (prévue à 18h30) ne soit un match à sens unique. A moins que le Masters ne réserve encore son lot de surprises...

0
0