On aura Tsonga-Federer !

On aura Tsonga-Federer !
Par Eurosport

Le 12/11/2011 à 16:51Mis à jour Le 12/11/2011 à 21:51

Jo-Wilfried Tsonga jouera une deuxième finale au Masters de Paris-Bercy. Le N.1 français, lauréat en 2008, a battu John Isner 3-6, 7-6, 7-6 au terme d'une demi-finale épique de trois heures où le 8e mondial a sauvé trois balles de match. Il affrontera Roger Federer dimanche dans une finale de rêve.

Pour la quatrième année consécutive, il y aura un Français en finale de Paris-Bercy. Déjà lauréat en 2008, Jo-Wilfried Tsonga prendra le relais de Gaël Monfils, battu lors des deux dernières éditions, pour défier Roger Federer dans le dernier match de la semaine, celui que tout le public de Bercy espérait. Après la victoire facile du Suisse face au Tchèque Tomas Berdych (6-4, 6-3), le Manceau a mis trois heures pour écarter de son chemin l'Américain John Isner qui a laissé filer trois balles de match à 6-5 dans la dernier manche. Une chance que le Français n'a pas laissé passer dans le deuxième jeu décisif du match (3-6, 7-6, 7-6).

Car Tsonga n'a pas réussi à prendre une seule fois la mise en jeu de son adversaire, serveur de plomb de son état. Culminant à 2,06m, le 25e mondial a sauvé sept balles de break tout au long de la partie. Mais, sur les engagements, c'est le Français qui s'est montré le plus solide avec 84% de réussite sur premières balles, contre 76%, et deux aces de mieux que son adversaire. "C'était une guerre des nerfs, a reconnu le Français au micro d'Orange Sport en fin de partie. Le public m'a porté et c'était un avantage de jouer en France. Sur chaque coup raté, le public applaudit contre lui. Au bout d'un moment, cela a dû être dur pour lui. Sur les balles de match contre moi, je me dis des choses positives... et j'ai réussi à les sauver. Tant mieux pour moi. Cela restera comme l'un de mes matches référence."

Isner : "Je dis chapeau"

Reuters

C'est ce qu'il tentera de confirmer dimanche. Tsonga visera le huitième titre de sa carrière, le troisième cette saison après ceux décrochés à Metz et Vienne cet automne. Et surtout un deuxième titre en Masters 1000, trois ans après son triomphe ici-même face à David Nalbandian. Il devra dominer l'ex-N.1 mondial Roger Federer qui, lui, visera son tout premier titre à Bercy lors de sa 30e finale de Masters 1000. "J'ai eu un parcours déjà difficile en 2008. Mais si je gagne face à lui devant mon public, ce sera une plus grande victoire encore", a estimé JWT à juste titre. Une chose est sûre : avant de partir pour Londres, où il jouera la Masters Cup pour la deuxième fois de sa carrière, le N.1 français retrouvera son meilleur classement ATP en atteignant le 6e rang mondial à l'issue de sa belle semaine parisienne. Quoi qu'il arrive.

0
0