Getty Images

Nadal avait permis à l'Espagne de recoller

Nadal avait permis à l'Espagne de recoller

Le 23/11/2019 à 21:28Mis à jour Le 24/11/2019 à 00:41

COUPE DAVIS – Rafael Nadal tient son rang. Après un premier set accroché l'Espagnol, numéro 1 mondial, a déroulé et est venu à bout de Daniel Evans en deux manches (6-4, 6-0) et 1h25 de jeu pour ramener les deux équipes à égalité après les deux simples. L'Espagne et la Grande-Bretagne vont se disputer leur place en finale lors du double décisif.

Le combat aura duré huit jeux. Et puis, la machine Rafael Nadal s’est enclenchée. D’abord un peu bousculé, le numéro 1 mondial est monté en chauffe samedi soir pour finalement marcher sur son adversaire. Contraint de s’imposer après la défaite de son compatriote Feliciano Lopez face à Kyle Edmund dans le premier simple de cette demi-finale de Coupe Davis entre l’Espagne et la Grande-Bretagne, il s’est exécuté sans trembler (6-4, 6-0) en un peu plus d’une heure et demie (1h34 précisément). Le Majorquin va donc tenter d’offrir une finale à son pays lors du double décisif.

Il en est désormais à 28 victoires consécutives en simple en Coupe Davis. Sous le maillot espagnol, son surnom de "Taureau de Manacor" lui va décidément comme un gant. Déchaîné dans une ambiance survoltée, comme à chaque fois que l’Espagne a joué dans la Caja Magica de Madrid cette semaine, Rafael Nadal a progressivement pris la mesure d’un adversaire pourtant entreprenant. Tel un rouleau compresseur, il n’a plus lâché sa proie après avoir trouvé la clé à la relance lors du dixième jeu qui lui a offert le premier set (6-4).

Nadal toujours impérial au service

Car Daniel Evans n’aura pas à rougir de sa performance. Le Britannique, 42e joueur mondial, a montré de belles choses dans le jeu, avec un état d’esprit offensif et de prises d’initiative vers l’avant souvent payantes. Il a claqué de belles volées, quelques revers longs de ligne percutants, a bien utilisé son slice et s’est fréquemment décalé pour faire le jeu avec son coup droit. Déterminé à écourter les échanges, il a tenu la dragée haute à Nadal pendant trois bons quarts d’heure sans se procurer la moindre balle de break pour autant.

Mais au moment de servir pour rester dans le premier set à 5-4 contre lui, Evans a pris de plein fouet la furia espagnole en retour. Une fois en tête, Nadal n’a plus rien laissé à un adversaire fatigué par sa difficile victoire la veille contre Jan-Lennard Struff, enchaînant huit jeux de 4-4 à 6-4, 6-0 pour l’emporter. Le numéro 1 mondial, qui a encore impressionné sur première balle (9 aces, aucune double faute et 83 % de points gagnés), n’a toujours pas cédé la moindre manche en simple cette semaine et a rejoint les vestiaires au petit trot : l’énergie ne devrait pas lui manquer pour poursuivre son sans-faute et tenir encore le rôle du héros au côté de Feliciano Lopez, en double cette fois.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313