Getty Images

Un groupe soudé qui a ses limites

Un groupe soudé, qui a ses limites

Le 16/09/2018 à 19:48Mis à jour Le 17/09/2018 à 09:32

COUPE DAVIS – Qualifié pour la finale de la Coupe Davis, l’équipe de France va pouvoir défendre son titre acquis l’an dernier face à la Belgique. Yannick Noah a réussi à créer un groupe soudé et uni autour du même objectif. Mais ça risque de ne pas suffire en novembre face à la Croatie, un tout autre calibre.

L’union fait la force, et Yannick Noah l’a bien compris. Le capitaine des Bleus depuis trois ans sait comment façonner un groupe. Il n’y a pas de star ou de réel numéro un en équipe de France, mais une « bande de potes » qui sait repousser ses limites. "On est un groupe. Jo est venu. Je n'ai pas souvenir de joueurs venus soutenir les potes. Pierre-Hugues est là aussi malgré sa blessure. Voilà, on est un groupe. On vit des moments fantastiques. Des moments qu'on gardera pour toujours. Notre groupe ça fait trois ans qu'on l'a construit avec des moments supers. Et après sur le court ça se matérialise par une qualité de jeu incroyable. Aujourd'hui comme hier il y a eu des super matches. C'est la préparation et tout mais c'est aussi qu'il se passe quelque chose", a déclaré le capitaine Noah à l’issue du double.

Il est vrai que voir Jo-Wilfried Tsonga, blessé depuis sept mois, et Pierre-Hugues Herbert, non retenu pour cause de blessure, venir soutenir les Bleus peut paraître surprenant, mais au fond ça ne l’est pas tellement. Depuis trois ans et l’arrivée de Noah à sa tête, l’équipe de France est un groupe soudé qui prend plaisir à se retrouver chaque week-end de Coupe Davis. Le capitaine n’a d’ailleurs pas fait d’individualité pour saluer la performance de ses joueurs : "Merci à Benoît qui a assuré. Il a déçu beaucoup de gens car il n’a pas cassé de raquettes. Lucas a sorti un match de fou. Il nous met dans une situation idéale. Le double a été monstrueux. Richard et Adrian ont été là. On a gagné en équipe."

Depuis l’entame de la compétition en début d’année, Noah a fait appel à huit joueurs différents : Richard Gasquet, Adrian Mannarino, Pierre-Hugues Herbert, Nicolas Mahut, Lucas Pouille, Jérémy Chardy, Julien Benneteau et Benoît Paire. On peut également évoquer Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils, qui auraient sans doute été sélectionnés sans leurs pépins physiques. Un groupe facilement interchangeable qui n’a pas perdu une seule rencontre de Coupe Davis depuis maintenant presque deux ans, une sacrée performance.

" Ça me transcende "

La force de cette équipe est de pouvoir remplacer un joueur par un autre de même calibre ou presque. Au niveau du classement, Lucas Pouille est le vrai numéro un mais s’il n’est pas là, Tsonga, Monfils ou encore Gasquet peuvent endosser ce rôle à la perfection. Même chose en double où, si la paire Mahut/Herbert reste la référence, elle n’est pas irremplaçable. Noah a du choix et parvient à chaque fois à créer une alchimie, les joueurs lui font entièrement confiance.

A la peine cette saison, Lucas Pouille s’est battu comme un diable pour aller chercher le deuxième point après 5 sets de combat intense. Bien aidé par les encouragements de ses coéquipiers et de son capitaine, le Nordiste est allé au bout de lui-même : "Il n’y a pas de hasard, le fait d’être dans un groupe, ça me transcende." Benoît Paire, pour sa première sélection, a été "super bien accueilli dans le groupe" et a tenu à saluer son capitaine : "Yannick est une personne particulière, mais une personne très protectrice de ses joueurs, qui nous défend, qui sait comment nous mettre à notre meilleur", a résumé l’Avignonnais. "Sur la chaise il a su m'apaiser quand parfois c'était un peu difficile (...), il a su trouver les bons mots pour m'aider."

L’artillerie lourde arrive

Pour le moment épargné par les joueurs du top 10 sur le chemin d’une deuxième Coupe Davis de suite, les Bleus ne vont pas avoir cette « chance » à chaque fois. Surtout que dès qu’un joueur de ce profil se présente face à eux, difficile voire impossible de lui arracher le moindre point. Depuis que Yannick Noah est à la tête de l’équipe de France, ses joueurs n’ont jamais battu un membre du top 10. Lucas Pouille et Richard Gasquet ont échoué face à Marin Cilic en 2016. Ce même Pouille ainsi que Jo-Wilfried Tsonga ont été balayés par David Goffin en 2017. Le dernier Français à avoir battu un top player s’appelle Gaël Monfils, qui avait dominé Roger Federer en finale en 2015.

Un constat qui fait peur, alors qu’on connaît le futur adversaire de l’équipe de France en finale de la Coupe Davis. Les Bleus accueilleront la Croatie de Marin Cilic en novembre prochain. Le vainqueur de l’US Open 2014, actuel 6e joueur mondial, avait balayé la bande à Noah à lui tout seul il y a deux ans. Il sera encore une fois accompagné par Borna Coric. Un peu tendre en 2016 où il s’était incliné face à Richard Gasquet, le Croate a bien mûri depuis et pointe à la 18e place mondiale, soit mieux que tous les Français.

La Croatie, un adversaire de taille qui se profile à l’horizon. Pas sûr que cette fois le groupe soudé de Yannick Noah soit assez résistant pour battre le duo Cilic/Coric. Il reste deux mois au capitaine français pour préparer ses soldats à la bagarre. N’oublions pas non plus la désormais légendaire "chance" de Noah, qui a pu profiter des forfaits de Nadal, Djokovic ou encore Murray depuis deux ans en Coupe Davis. "De toute façon, on est une équipe de chattés", a-t-il lâché dans un sourire. "Je suis bon en sorcellerie", c’est le moment d’agiter la baguette magique.

Benoît Paire et Yannick Noah lors de France-Espagne / Coupe Davis

Benoît Paire et Yannick Noah lors de France-Espagne / Coupe DavisGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0