A quelle heure ?

La finale débutera à 16h00 à la Madrid Arena, à Madrid.
Les deux matches de simple ouvriront le bal, puis ce sera au tour du double. Si les deux équipes en sont à 1-1, celui-ci sera décisif. Le format pour gagner ne change pas par rapport à la phase de groupes, les quarts et les demies : ce sera le premier à deux points. Pour la petite information, ce sera la Russie qui recevra.
Coupe Davis
"Je suis inquiet pour la Coupe Davis" : Murray, le nostalgique du Saladier
21/12/2021 À 16:44
Les rencontres à suivre (sous réserve de modifications)
Andrey Rublev - Borna Gojo
Daniil Medvedev - Marin Cilic
Andrey Rublev / Aslan Karatsev - Mate Pavic / Nikola Mektic

Au palmarès, ça va donner quoi ?

La Russie, qui évolue sous la bannière Fédération russe de tennis, après sa suspension de deux ans des grandes compétitions internationales par le Tribunal Arbitral du Sport en 2020, pour transgression des règles antidopage, vise un troisième sacre après 2002 et 2006. Ces deux titres avaient été gagnés sous le règne de l'insubmersible Shamil Tarpischev, aux commandes continues de l'équipe depuis 1996, après un premier mandat entre 1974 et 1992.
Elle jouera sa première finale depuis 2007. Ce sera sa 6e au total (1994, 1995, 2002, 2006, 2007, 2021). Pour la nouvelle génération dorée, ce sera une grande première. Ce sacre en "Davis", beaucoup d'observateurs en rêvaient il y a trois-quatre ans. Il peut devenir une réalité.
Pour la Croatie, c'est presque la même chose en terme de palmarès. Nation plus jeune, elle jouera sa 4e finale après 2005, 2016 et 2018. Au niveau des titres, comme chez les Russes, il y en a eu deux en 2005 et 2018.

C'est qui ce Borna Gojo ?

Le très grand public n'avait jamais entendu parler de lui, les acharnés de tennis doivent au moins connaître son identité. Borna Gojo, 23 ans, 279e mondial et universitaire aux Etats-Unis, a joué le meilleur tennis de sa carrière lors de cette semaine et demi de Coupe Davis.
Vainqueur d'un seul top 100 dans sa carrière, celui qui évolue dans la seconde division du tennis, s'est fait un nom en l'absence de Borna Coric, blessé depuis le printemps. Gojo c'est aussi seulement trois matches joués en tournois ATP dans sa carrière, pour zéro succès. Cette saison, il a juste joué deux demies en Challenger.
C'est simple, depuis dix jours Gojo a gagné ses trois rencontres en simple et battu des joueurs loin d'être faciles à dominer. Alexei Popyrin (61e), Lorenzo Sonego (27e) et Dusan Lajovic (33e) sont ainsi tous tombés sous ses coups. Flanqué du statut de n°2, Gojo a fait tout l'inverse de Marin Cilic, battu trois fois en quatre sorties. Curieusement, c'est le leader qui est le point faible et l'inconnu le point fort.
"Je me suis toujours dit que je pouvais gagner, peu importe qui j'avais en face", a-t-il expliqué après Croatie - Serbie, où il avait encore parfaitement lancé la machine. Son futur adversaire, Andrey Rublev, est très méfiant. "Il a gagné trois super matches cette semaine, ici le classement ne compte pas. Maintenant, il est en confiance, il joue à un très bon niveau".
Gojo, natif de Split, c'est un physique très tennis croate. Avec son 1,96m, il est dans les standards de ses illustres compatriotes Goran Ivanisevic (1,96m), Mario Ancic (1,96m), Ivan Ljubicic (1,93m), Ivo Karlovic (2,11m) et de son compère Marin Cilic (1,98m). Avec lui, c'est une moyenne de 5 à 10 aces par match et un coup droit ample et puissant qui ressemble à celui de Cilic. La suite ce sera la finale, puis la saison 2022 où il espère bien figurer. "Cela me donne beaucoup de confiance. Je pense que je vais aborder la pré-saison différemment."

Borna Gojo lors de la Coupe Davis 2021 à Madrid

Crédit: Getty Images

Comment battre Pavic et Mektic ?

Novak Djokovic, pourtant loin d'être mauvais en double, s'y est aussi cassé les dents : la paire Mate Pavic / Nikola Mektic est l'autre force du parcours croate dans cette édition de la Coupe Davis. Les deux hommes ne viennent pas de nulle part, ils sont tous simplement n°1 et 2 mondiaux de la discipline. En 2021, ils ont gagné 9 titres, dont Wimbledon et les Jeux Olympiques à Tokyo. Leur fin de saison a été plus difficile, mais leur demie au Masters a été une bonne rampe de lancement pour la Coupe Davis.
Leur bilan frôle la perfection : en quatre sorties, ils ont gagné quatre fois et n'ont perdu aucun set. Surtout, ils n'ont pas été inquiétés une seule fois. La chance pour la Russie, c'est qu'elle dispose de quatre joueurs très bons en double : Andrey Rublev et Aslan Karatsev, la paire titulaire, Karen Khachanov et Evgeny Donskoy, qui ne devraient pas jouer dimanche.
La clé, ce sera Rublev : le Moscovite a remporté le Masters 1000 de Bercy avec Khachanov en 2019, son partenaire habituel, et toujours bien joué en double en Davis. Mais en ce moment, sa paire avec Karatsev (médaillé en double mixte à Tokyo) fonctionne à merveille. Les deux hommes ont notamment battu l'Espagne dans un match au couteau la semaine dernière. S'il y une paire, qui ne joue pas le circuit ATP de double dans son intégralité, qui peut tenir la dragée haute aux Croates, c'est bien elle.

Medvedev va-t-il (enfin) ressentir un peu la pression ?

La Russie avait débuté son année 2021 avec un titre collectif lors de l'ATP Cup. Cette compétition avait d'ailleurs bien aidé Aslan Karatsev à décoller lors de l'Open d'Australie. Dix mois plus tard, cette même équipe peut terminer l'année comme elle l'avait commencé : par un succès, mais cette fois en Coupe Davis.
Impossible alors de ne pas penser à Daniil Medvedev. Le leader de cette équipe a joué à sa main lors de cette compétition, malgré la fatigue d'une saison pleine, et le voir soulever la Coupe Davis lui permettrait de terminer son exercice de la plus belle des manières. Il l'a répété : il ne faudra pas se rater en simple pour espérer aller chercher le saladier d'argent et il devra absolument scorer, question de statut. Il devra aussi gagner son combat contre le public madrilène. Dimanche, Medvedev sera sifflé. Même s'il aime ça, il devra vivre avec cette composante externe.
Si la Coupe Davis n'a plus la même aura et saveur qu'avant, la voir épinglée au palmarès du Moscovite serait du plus bel effet. Après avoir remporté son premier Grand Chelem, Medvedev suivrait encore plus les pas du Big Four - Federer, Nadal, Djokovic, Murray - tous titrés dans cette compétition. De quoi l'installer un peu plus dans cette nouvelle hiérarchie du tennis mondial. Et, surtout, faire de lui le leader de demain.
https://i.eurosport.com/2021/12/04/3265920.jpg
Coupe Davis
Reconduits capitaines jusqu'en 2024, Grosjean et Benneteau auront davantage de responsabilités
09/12/2021 À 12:09
Coupe Davis
"La nouvelle version de la Coupe Davis l'a tuée, l'envoyer à Abu Dhabi va l'enterrer"
08/12/2021 À 15:58