AFP

Tsonga n'a rien perdu

Tsonga n'a rien perdu
Par Eurosport

Le 07/01/2012 à 18:19Mis à jour Le 07/01/2012 à 22:50

En grande forme en décembre 2011, Jo-Wilfried Tsonga l'est toujours en janvier 2012. Le Manceau a remporté le tournoi de Doha (ATP 250, dur) en battant son compatriote Gaël Monfils en finale. Tsonga s'est imposé en deux sets (7-5, 6-3) et arrivera lancé à Melbourne pour l'Open d'Australie.

L'intersaison n'y aura rien fait. Jo-Wilfried Tsonga est toujours aussi bon. Auteur d'une fin de saison canon en 2011, le Français a repris ses bonnes habitudes en remportant la première épreuve de la saison, samedi à Doha. Tête de série numéro 2, Tsonga a dominé son compatriote Gaël Monfils en deux manches. Mis à part une entame au ralenti et quelques glissades provoquées par l'humidité de Doha, le Manceau a pris les choses en main et fini par avoir raison de son adversaire du jour (7-5, 6-3). "Je n'avais pas beaucoup joué avant ce tournoi donc c'était un peu difficile pour moi. Gagner la finale ici, c'est vraiment formidable", a commenté l'homme du jour.

Eurosport

Tsonga : "C'était assez dangereux"

Et puis, patatras ! Tsonga s'est retrouvé par terre et les conditions de jeu sont revenues sur le tapis. "C'était assez dangereux, a constaté Tsonga après sa victoire. Mais ils ont fait ce qu'il fallait". Le numéro 1 français a tout de même emboîté le pas aux ramasseurs de balles en essuyant avec sa propre serviette l'inscription "Qatar" en fond de court avant d'attendre la fin du nettoyage sur sa chaise. Une situation plutôt insolite mais loin de le déconcentrer.

Après avoir été mené 5-3 dans la première manche, le 6e mondial a mis le turbo. Beaucoup plus mobile, Tsonga n'a pas hésité à terminer ses points au filet comme sur cette balle de débreak qui lui a permis de revenir à 5-5. A partir de ce moment-là, Monfils a multiplié les fautes en cherchant à abréger l'échange et son adversaire s'est octroyé la première manche 7-5 sur un jeu blanc.

Huitième titre pour le numéro 1 français

Monfils a tout tenté, enchaînant régulièrement le service-volée mais son ami à la ville jouait un cran au-dessus. "Gaël a été incroyable au début, il était partout, a noté Tsonga. Mais ma tactique a été bonne, j'ai bien joué, je l'ai fait beaucoup courir, se déplacer. Après je suis entré dans le court et j'ai mieux réussi à finir les points." Les dix places qui séparent les deux joueurs ne sont pas anodines. Tsonga est revenu dans le top 10 en 2011 tandis que Monfils en sortait le 14 novembre. Pour la douzième fois de sa carrière, le Parisien, qui compte seulement 4 titres, a laissé filer la victoire en finale. La statistique fait désordre et elle pourrait perturber l'élève de Patrick Chamagne. Tsonga, lui, ne pouvait pas mieux commencer la saison avec ce 8e titre. Le n°1 français a fait le plein de confiance en vue de l'Open d'Australie (16-29 janvier).

0
0