Eurosport

Sharapova impériale

Sharapova impériale
Par Eurosport

Le 15/05/2011 à 17:20Mis à jour Le 16/05/2011 à 09:18

Maria Sharapova a remporté face à l'Australienne Samantha Stosur (6-2, 6-4) en finale à Rome. C'est le premier titre de la Russe depuis Strasbourg en 2010. "Je joue sans me préoccuper de savoir si je joue mieux que quand j'étais N.1 mondiale", disait Sharapova, désormais favorite pour Roland-Garros.

Le culte de Maria est relancé à Rome. Après une finale à Miami, début avril, perdue contre Victoria Azarenka, la Russe a dominé l'Australienne en 1h22, sans être inquiétée, et en ayant conquis les faveurs du public du Foro Italico. Sharapova n'avait jamais perdu contre Stosur (N.6) en sept matches, mais ne l'avait jamais jouée sur la terre battue, qui n'est pas sa surface préférée (Roland-Garros est le seul Grand Chelem manquant à son palmarès).

Mais Maria ne veut surtout pas qu'on lui parle de résurrection, après qu'une blessure a freiné sa carrière. "Non, ce n'est pas un retour, c'est un nouveau voyage", dit la Russe. Mais cela y ressemble quand même... La réapparition de la Russe, adorée des marques (elle se présente en conférence de presse le sac à main siglé bien en évidence), en haut de l'affiche, ressemble à sa première percée, quand elle avait gagné Wimbledon à 17 ans. "Ce n'est pas mon boulot de faire des pronostics, c'est celui des journalistes", répond-elle à la question sur son nouveau statut de favorite à Roland-Garros. Tout juste concède-t-elle: "Je me sens plus forte, mon jeu va mieux".

Coup droit dévastateur, cris puissants sur le court, et soutien inconditionnel du public pour la jolie blonde: la victoire de Sharapova contre Stosur a rappelé ses années de gloire, avant sa blessure à l'épaule droite qui l'a éloignée des courts d'août 2008 à mai 2009.

"Je ne veux pas comparer avec mon niveau d'avant, je veux juste faire de mon mieux, je ne regarde pas en arrière", dit-elle. A l'horizon, l'ex-numéro un mondiale, vainqueur de trois Grands Chelems (Wimbledon 2004, US Open 2006, Australie 2008), voit Paris, où elle va débarquer parmi les grandes favorites.

0
0