AFP

Tsonga, roi du suspense

Tsonga, roi du suspense
Par Eurosport

Le 31/07/2012 à 19:48Mis à jour Le 31/07/2012 à 21:14

Incroyable match entre Jo-Wilfried Tsonga et Milos Raonic. Le Français s'est imposé 25-23 au bout d'un troisième set long de trois heures. Le Manceau, en route pour défier le Serbe Novak Djokovic en quart, devra se remobiliser au prochain tour où il jouera Feliciano Lopez. Richard Gasquet a perdu.

Jo-Wilfried Tsonga a fait tomber un record olympique. Présent au deuxième tour du tournoi olympique, le Français a mis quatre heures pour éliminer Milos Raonic sur le gazon londonien... au bout du 48e jeu dans le troisième set qui a duré, à lui seul, trois heures. Il s'agit du match le plus long, en nombre de jeux (66) et en durée (3h56), depuis la réintroduction du tennis au programme des Jeux en 1988. Il affrontera l'Espagnol Feliciano Lopez ou l'Argentin Juan Monaco.

Ce match entre deux gros serveurs surpasse le quart de finale des JO de Barcelone entre le Croate Goran Ivanisevic et le Français Fabrice Santoro, battu en 60 jeux, mais n'atteint pas le record absolu de 76 jeux établi en 1920 au deuxième tour des JO d'Anvers par un Britannique et un Grec tombés dans l'oubli. Le troisième set de 48 jeux, soit l'équivalent d'un bon match en cinq manches, a été le plus long de toute l'histoire olympique. Tsonga s'est imposé à sa quatrième balle de match à près de huit heures du soir dans un rencontre commencée à midi sur le court N.1 dépourvu de toit et interrompue pendant plus de trois heures par la pluie. Raonic, un géant d'1,96 m classé 23e mondial, était un des joueurs les plus redoutés des favoris à cause de la qualité de son service qui le rend particulièrement difficile à breaker sur herbe.

"J'ai pensé à Isner-Mahut..."

"J'ai cru ne jamais pouvoir terminer, a reconnu le Français en conférence de presse. J'ai même pensé au match Isner-Mahut. J'ai pensé au score de leur cinquième set. C'est quoi ? 70-68 ? C'est abusé ! Je me suis dit, non, ce n'est pas pour moi. A la fin, je grignotais un peu, je le sentais un peu moins bien physiquement. Mais dans un match comme ça, on n'a pas le temps de se poser beaucoup de questions. J'ai souvent eu des problèmes par le passé contre ce genre de joueur. Mais il m'a surpris, en fond de court, et mentalement aussi. Il a été costaud. Dans un match de quatre heures comme celui-là, il y a toujours des petites douleurs ici et là, mais ça va. Je suis heureux d'avoir gagné pour mon pays. C'est bon pour l'équipe de France."

Tsonga, qui fait peur aux autres cadors pour les mêmes raisons mais avec plus d'arguments dans son jeu, a eu en effet le plus grand mal à prendre le service de son adversaire, deux fois seulement en cinq occasions de break, dans un match rythmé par les aces: 23 pour le Canadien, 17 pour le Français. Pas très inspiré du fond du court et en retour, le Manceau, demi-finaliste de Wimbledon il y a un mois, a marqué moins d'un point sur quatre sur le service adverse. Le N.1 français reviendra dès mercredi sur le court pour affronter en huitièmes de finale l'Espagnol Feliciano Lopez, vainqueur de l'Argentin Juan Monaco (6-4, 6-4). Il devra aussi jouer son match de double avec Michaël Llodra qui a été reporté mardi.

Richard Gasquet, lui, n'a pas réussi à passer le deuxième tour, victime inattendu du Chypriote Marcos Baghdatis (6-4, 6-4). "Rien à faire, il a été meilleur que moi dans tous les domaines", a vite résumé Ritchie. Mais le Biterrois s'est bien repris en franchissant le deuxième tour en double, associé à Julien Benneteau qui souffre d'une douleur au pubis. L'affaire ne s'est pas arrangée quand il a chuté sur le gazon du court N.11, en début de match. Les Français ont quand même trouvé les ressources pour déborder la paire indienne Bhupathi-Bopanna (6-4, 6-4). Les Serbes Zimonjic et Tipsarevic seront leurs prochains adversaires.

0
0