Getty Images

A 32 ans, Sharapova dit stop

A 32 ans, Sharapova dit stop

Le 26/02/2020 à 14:21Mis à jour Le 26/02/2020 à 19:10

"Je dis au revoir au tennis". C'est par ces mots que Maria Sharapova a annoncé sa retraite sportive dans les colonnes de Vanity Fair. La Russe, lauréate de chaque tournoi du Grand Chelem dont Roland Garros à deux reprises et ancienne numéro 1 mondiale, se retire des courts à 32 ans alors que de nombreuses blessures ont gâché ses dernières années sur le circuit.

"Tennis, je te dis au revoir." Dans une lettre ouverte publiée dans les magazines Vanity Fair et Vogue, Maria Sharapova a annoncé sa retraite sportive mardi. A 32 ans, la Russe, cinq fois titrée en Grand Chelem et ex-numéro 1 mondiale, n’avait plus été vue sur un court depuis sa défaite au 1er tour de l’Open d’Australie face à Donna Vekic en janvier dernier. Gênée par des blessures récurrentes, notamment à l’épaule droite, elle n’était plus que 373e joueuse mondiale, loin de sa grandeur passée. Contrôlée positive au meldonium lors de l'Open d'Australie 2016, elle était revenue de suspension en 2017 sans parvenir à retrouver les sommets.

De son premier souvenir d’un court de tennis à l’âge de 4 ans à Sotchi en Russie à sa décision d’arrêter le tennis professionnel, Maria Sharapova a retracé son parcours dans un long texte. Décriée pour son côté distant et hautain par beaucoup sur le circuit WTA, elle a préféré mettre en avant une autre facette de sa personnalité, celle d’une travailleuse acharnée. "Je n’ai jamais tiré mon avantage d’un quelconque sentiment de supériorité. Au contraire, je me suis toujours sentie sur le point de tomber d’une falaise. C’est pour ça que je revenais constamment sur le court avec l’envie de trouver des solutions pour continuer de grimper", note-t-elle entre autres.

Vidéo - WTA - Sharapova prend sa retraite

00:30

Une brillante carrière jusqu'à sa suspension

Sa victoire surprise à Wimbledon à 17 ans en 2004 l'a propulsée sur le devant de la scène qu'elle n'a plus quitté sportivement jusqu'à son cinquième et dernier titre du Grand Chelem à Roland-Garros en 2014. Avec ses sacres à New York (2006) et Melbourne (2008), Sharapova aura conquis toutes les surfaces et les quatre Majeurs dans sa carrière. Partant de ce constat, difficile de lui renier son caractère de championne et son opiniâtreté qui lui ont certainement permis de triompher là où on l’attendait le moins : sur la terre battue parisienne à deux reprises (2012, 2014). "Roland-Garros mettait en relief toutes mes faiblesses – à commencer par mon incapacité à glisser sur l’ocre – et cela m’a forcé à les surmonter. Deux fois", insiste-t-elle d’ailleurs, pas peu fière de cet accomplissement.

Mais son contrôle positif au meldonium et sa suspension des courts pendant plus d'un an (entre l'Open d'Australie 2016 et le tournoi de Stuttgart en 2017) ont inévitablement fait naître une certaine suspicion sur les performances de la Russe. Très à l'aise sous les projecteurs et businesswoman avertie, elle aurait pu alors prendre sa retraite. Mais son amour du sport et de la compétition l'ont poussée à revenir, sans grand succès. De ses 36 trophées en carrière, elle n'en a décroché qu'un seul, à Tianjin en 2017, après sa suspension. Ses trois dernières saisons au plus haut niveau auront surtout été marquées par une kyrielle de forfaits et d'abandons en raison de blessures à répétition, notamment à une épaule droite qui l'aura tracassée toute sa carrière.

Vidéo - Vekic - Sharapova : le résumé

02:44

Trois dernières saisons de souffrance

Si elle s'est longtemps obstinée, croyant en des jours meilleurs, Sharapova s'est mis à sérieusement envisager la fin de sa carrière lors du dernier US Open. "Trente minutes avant d'aller sur le court, on m'a anesthésié l'épaule pour que je puisse jouer. (...) Entrer sur le court ce jour-là, c'était comme une victoire finale, alors que cela n'aurait dû être qu'un premier pas vers la victoire. Je ne partage pas cela pour m'attirer de la compassion mais pour décrire ma nouvelle réalité", précise-t-elle encore dans sa lettre.

Après de multiples opérations (la première en 2008 et la dernière en date l'an passé), son épaule droite aura donc eu raison de sa persévérance. "Après 28 ans de tennis et cinq titres en Grand Chelem, je suis prête à escalader une autre montagne, à me battre sur un autre terrain", conclut Sharapova. Avec cette ode finale au sport qui lui a tant apporté, la Russe quitte donc la scène du sport de haut niveau après y avoir mûrement réfléchi. Si son parcours n'aura pas été sans zone d'ombre, son comportement sur les courts, sa détermination et son envie de se battre jusqu'à la dernière balle constitueront sans doute son plus bel héritage. Celui d'une championne qui manquera au circuit, malgré tout.

Maria Sharapova

Maria SharapovaGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313