Getty Images

Masters 1000 Cincinnati : Novak Djokovic a fini par faire craquer Adrian Mannarino en trois sets

Bousculé, Djokovic s'en sort face à Mannarino

Le 15/08/2018 à 20:56Mis à jour Le 15/08/2018 à 21:47

MASTERS 1000 CINCINNATI - Après avoir sérieusement bousculé l'ancien n°1 mondial pendant un set et demi, Adrian Mannarino a fini par céder devant Novak Djokovic mercredi au deuxième tour. Vainqueur du premier set après un très beau bras de fer, le Français s'est finalement incliné après 2h0_ de jeu (4-6, 6-2, 6-1). En huitièmes de finale, le joueur serbe défiera Dimitrov ou M.Zverev.

Méconnaissable pendant quasiment une heure, très nerveux, parfois nonchalant et même malade, Novak Djokovic est passé par tous les états lors du deuxième tour du Masters 1000 de Cincinnati mercredi. Mais le Serbe a quand même trouvé le moyen de s'imposer face à un Adrian Mannarino qui a laissé passer sa chance. Vainqueur en trois sets avec un score aussi flatteur que trompeur (4-6, 6-2, 6-1), l’homme qui a remporté l’édition 2018 de Wimbledon donne rendez-vous à Grigor Dimitrov ou Mischa Zverev lors de la prochaine étape. Face à l’un ou l’autre, il faudra sans aucun doute hausser le niveau de jeu.

C’est à se demander comment ce Novak Djokovic là s’en est sorti. La force des grands champions sans doute, même quand ils ont vécu des mois de calvaire. Surtout quand ils ont vécu des mois de calvaire d’ailleurs. Mais toujours est-il que le Serbe n’avait visiblement pas très envie de jouer. À cause des conditions climatiques, peut-être. À moins que son mal de ventre ayant nécessité l’intervention du médecin et la prise d’un médicament à la fin du deuxième set ne l’ait paralysé pendant quasiment deux manches ? En face, Adrian Mannarino tient également sa part de responsabilité au regard de son entame parfaite, concrétisée par le gain du premier set. La fin d'une malédiction pour celui qui n’en avait encore jamais pris un seul à Djoko en trois rencontres.

Un petit Djoko

Longtemps ombre de lui-même, le Serbe, qui a eu du mal à rentrer dans le match et à trouver de l’intensité dans ses frappes, notamment en revers, a soufflé le chaud et le froid. Tantôt en délicatesse sur sa première balle, tantôt impérial dans les moments tendus. De son côté, le Français, qui peut se targuer d’avoir fait sérieusement vaciller Djoko, n’a pas su transformer l’essai quand la rencontre a commencé à perdre du rythme et qu’il fallait conclure. Dans un premier temps très longs et gourmands en énergie, les échanges à l’avantage du gaucher ont fini par s’écourter. Et, hormis quelques coups d’éclat ayant fait se lever la foule, Mannarino n’a plus existé face à un adversaire qui a peu à peu appuyé sur l’accélérateur, à l'expérience. L’effet du médicament aussi, d’aucuns diraient placebo.

Tour à tour fantomatique et expéditif, Novak Djokovic a retrouvé un semblant de couleurs dans le troisième set, quand bien même il n’aura jamais vraiment régné dans ce face-à-face physiquement très épuisant. Et, à l’arrivée, c’est un bien petit Djoko qui rallie le troisième tour du Masters 1000 de Cincinnati.

Adrian Mannarino Cincinnati

Adrian Mannarino CincinnatiGetty Images

0
0