Getty Images

Prize money, classement, date de secours : Un report aux multiples conséquences

Prize money, classement, date de secours : Un report aux multiples conséquences

Le 09/03/2020 à 13:32Mis à jour Le 10/03/2020 à 19:02

MASTERS INDIAN WELLS – Alors qu’il devait être lancé en milieu de semaine, le premier Masters 1000 de l’année n’aura donc pas lieu, du moins comme à son habitude courant mars, à cause de l’épidémie de coronavirus. A court terme, cette décision a plusieurs conséquences pour les joueurs que nous vous proposons de détailler.

Il n’y aura donc pas de tennis dans le désert californien lors des deux prochaines semaines. Les organisateurs du tournoi d’Indian Wells ont pris la décision que les circonstances imposaient selon l’Etat de Californie et les professionnels américains de la santé, après la confirmation d’un cas de coronavirus dans la vallée de Coachella. Sur place, la surprise, la sidération voire l’incompréhension ont saisi les joueurs qui s’apprêtaient à débuter la compétition.

Les joueurs toucheront-ils un prize money et, si oui, lequel ?

Après le coup de tonnerre, vient logiquement le temps des questions. Une fois le volet santé évoqué, les conséquences économiques d’un tel report surgissent. Professionnels indépendants, les joueurs prennent en charge, entre autres, leurs déplacements. Bénéficieront-ils d’une compensation financière et à quelle hauteur ? "Je viens de parler à des gens du conseil des joueurs, tous les joueurs devraient recevoir le prize money du premier tour. Pour la suite, nous avons des assurances privées, mais qui ne nous couvrent qu'en cas de blessures. Si le problème persiste, il faudra sans doute que l'ATP parvienne à organiser quelque chose à ce sujet, même si, évidemment la priorité est de trouver des solutions à la crise sanitaire", a ainsi confié Nicolas Mahut à nos confrères de L’Equipe. Si la tendance se confirme, tous les engagés du tableau final recevraient 18 155 dollars chacun, soit près de 15900 euros.

Le classement sera-t-il tronqué ?

Si la hiérarchie mondiale reste inchangée ce lundi, en sera-t-il de même dans deux semaines ? L’ATP n’a, pour le moment, pas communiqué sur le sujet, mais deux hypothèses se dégagent. En l’absence de compétition, aucun point ne sera mis en jeu cette année, mais quid de ceux accumulés la saison passée ? S’ils sont retirés, cas de figure le plus probable, certains joueurs pourraient s’estimer floués. Ainsi, Dominic Thiem, qui ne pourra pas défendre son titre, se verrait délesté de 1000 unités. L’Autrichien dispose toutefois de suffisamment d’avance sur Roger Federer (qui perdra les 600 points de sa finale en 2019) pour rester sur le podium.

Sans jouer, Novak Djokovic conforterait sa place de numéro 1 mondial avec 685 longueurs d’avance sur Rafael Nadal qui perdrait les 360 points de sa demi-finale de l’an passé. Cette décision n’arrangerait pas non plus les affaires de Milos Raonic qui avait atteint le dernier carré en 2019 à Indian Wells. Le 30e joueur mondial préserverait tout juste sa place dans le top 50, ce qui ne serait pas le cas de Miomir Kecmanovic, actuellement 47e. Le Serbe, qui avait créé la surprise l’an dernier en se frayant un chemin jusqu’aux quarts de finale alors qu’il était "lucky loser", se retrouverait au-delà de la 60e place mondiale. Et ce n’est que le début de la liste.

Pour éviter une telle inéquité, l’ATP pourrait également décider de laisser tel quel le classement dans ces circonstances exceptionnelles. Ce gel provisoire bénéficierait aux absents et aux blessés du moment, qui auraient vu leur capital fondre avec l’enchaînement des tournois. Roger Federer, qui doit perdre 1600 points sur le mois de mars, pourrait être, dans ce cas, l’un des "gagnants" surprenants de la séquence malgré sa blessure au genou droit. Mais ces spéculations ont un intérêt limité alors que la suite de la saison tennistique semble pour le moins incertaine.

Un report est-il réellement envisageable ?

"Nous sommes très déçus que le tournoi n’ait pas lieu, mais la santé et la sécurité des habitants, du public, des joueurs, des bénévoles, des sponsors, des employés, des vendeurs et de tous les gens impliqués dans cet événement est d’une importance capitale. Nous nous préparons à jouer le tournoi ultérieurement et nous envisagerons toutes les options possibles", a affirmé dans un communiqué le directeur du Masters 1000, Tommy Haas. Il n’est donc pas question, pour le moment, d’annuler purement et simplement l’événement en 2020. Mais s’il devait effectivement être reprogrammé, une date pourrait-elle être trouvée ?

Alors que les critiques fusent régulièrement sur un calendrier que beaucoup trouvent surchargé, il semble bien difficile de trouver une autre place au tournoi, d'autant qu'Indian Wells (comme Miami) mord sur deux semaines du calendrier, à l'instar des Grands Chelems. Jouer l’été dans le désert californien est exclu, quant à l’automne, il est déjà accaparé par la tournée asiatique (mais où en serons-nous alors ?) puis européenne en indoor. Reste que, si le printemps sur terre battue souffre également de l’épidémie de coronavirus et que la situation se stabilise dans le même temps en Californie, le tournoi pourrait avoir lieu en avril ou en mai. Mais ces suppositions sont toutes plus hasardeuses les unes que les autres, à l’heure actuelle. Le plus probable reste donc une annulation pure et simple dans les jours ou les semaines à venir.

Quid de Miami et de la suite ?

Si la décision concernant le Masters 1000 d’Indian Wells est tombée comme un couperet, les joueurs sont encore dans l’expectative pour la suite, et surtout les Européens. Doivent-ils dès à présent traverser à nouveau l’Atlantique pour préparer le printemps sur terre battue ? Aucune information n’a pour le moment filtré sur la seconde partie de la tournée nord-américaine à Miami. Interrogé par L’Equipe, Julien Benneteau n’est pas très optimiste. "On essaie d'organiser notre retour, d'ici mardi ou mercredi, en se disant que Miami a de grandes chances d'être annulé... ", a confié le capitaine de l’équipe de France de Fed Cup. Dans le doute, les infrastructures du premier Masters 1000 de l'année restent à disposition des joueurs qui pourront continuer à s'entraîner dans l'Indian Wells Tennis Garden ces prochains jours.

En deux semaines, la situation épidémique peut évidemment évoluer et, dans ce contexte, prendre une décision rapide et claire peut être prématuré. Dans le comté de Broward, près de Miami, trois cas de coronavirus ont été confirmés, mais l’Etat de Floride est moins touché par l’épidémie que la Californie… à l’heure actuelle. Mais un cas dans le comté de Riverside (vallée de Coachella) a suffi à entraîner le report d’Indian Wells, pourquoi en serait-il autrement sur la côte est des Etats-Unis ? Les questions ne se limitent pas à ce mois de mars. Le printemps européen sur terre battue est clairement menacé et le troisième Masters 1000 de l’année, à Monte-Carlo (12-19 avril), pourrait bien être la prochaine "victime" du coronavirus, vu sa proximité avec l’Italie et ses nombreux foyers infectieux. L’avenir de la saison tennistique à court terme semble décidément bien incertain.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313