AFP

Nadal menace

"Soit les organisateurs changent cette surface..."
Par Eurosport

Le 10/05/2012 à 20:11Mis à jour Le 11/05/2012 à 01:42

Rafael Nadal a laissé entendre jeudi, après son élimination au 3e tour du Masters 1000 de Madrid face à Fernando Verdasco, qu'il y "aurait un tournoi de moins dans (son) calendrier" en 2013, si la direction du tournoi madrilène persistait dans son choix de le faire jouer sur une terre battue bleue.

A un set partout, 5-2 dans le troisième en votre faveur, vous sembliez contrôler le match. Que s’est-il passé ?

R.N. : Je ne contrôlais pas le match, à aucun moment. Je ne savais pas comment gagner les points tout au long du match. Le déplacement est très important pour moi, c’est la base de mon jeu mais je ne pouvais pas bouger. Mais j'ai perdu parce que je n’ai pas été assez bon, il a joué mieux que moi.

Pourquoi ne saviez-vous pas comment gagner les points, c’est à cause de cette terre particulière ?

R.N. : Si vous avez vu le match vous connaissez la réponse (sur un ton assez sec, NDLR).

Que pensez-vous de cette surface ?

R.N. : On en a déjà beaucoup parlé. L’ATP et le tournoi peuvent faire ce qu'ils veulent… Moi, j'ai fait de mon mieux pour me préparer, mais je n'ai pas été assez bon pour m'habituer à cette surface et je serais triste que ça soit la même chose l’année prochaine.

Pensez-vous que c’est une erreur de la part du tournoi ?

R.N. : Le tournoi est bon, mais la décision est mauvaise. Je ne veux pas parler de ça, il faut juste reconnaître qu'il a mieux joué que moi, ce n'est pas à cause du court car c’est la même chose pour les deux joueurs, il s’est simplement mieux adapté que moi. Mais ce n’est pas l’idéal en plein milieu de la saison sur terre, c’est une surface complètement différente. Si vous mettez Cincinnati sur herbe juste avant l'US Open les joueurs se plaindront de la même façon.

Vous avez tenté de vous adapter…

R.N. : Oui, je suis un professionnel, c’est pour ça que j’avais décidé d’arriver dès le jeudi précédent le début du tournoi, ce que je ne fait jamais sur les autres tournois, pour essayer de m'adapter.

Quelles conséquences ce tournoi peut-il avoir pour la suite de la saison sur terre ?

R.N. : Ça déstabilise complètement le jeu, c'est un jeu différent de ce qu'on fait d'habitude et c’est évident que j’arriverai moins confiant à Rome. Soit les organisateurs décident de changer cette surface, soit je devrais malheureusement mettre un tournoi de moins à mon programme la saison prochaine.

Vous voulez dire que vous ne jouerez pas à Madrid l’an prochain ?

R.N. : Cela ne me plait pas d’envisager cette possibilité car c’est un tournoi que j’aime, à domicile, mais je suis fatigué de devoir corriger mes mouvements sur chaque frappe, de compenser et de risquer de me faire mal à la hanche.

Considérez-vous ce match comme une véritable défaite sur terre battue ?

R.N. : Je le compte comme une défaite. Après, une défaite sur terre? Ce n'est pas à moi de le dire, je ne suis personne pour dire cela, mais je sais ce que j'en pense au fond de moi. Bravo à Fernando, il a été meilleur et je suis très heureux pour lui, mais triste pour moi et voilà.

En regardant les différents matches cette semaine, on a l’impression que ceux qui ne sont pas très à l’aise sur terre se déplacent mieux ici ?

R.N. : Non, je ne sais pas, mais ceux qui se déplacent bien sont moins bons sur cette surface, c'est un fait. On ne peut pas prendre d'appuis, je commençais avec les points perdus d'avance.

Avez-vous déjà été breaké trois fois de suite comme dans le troisième set aujourd’hui ?

R.N. : Pas trois mais quatre ! Et c'est trop pour espérer atteindre le tour suivant, donc je vais à Rome.

Pensez-vous que la terre bleue doive être maintenue l’an prochain ?

R.N. : Non, pour moi il faut que la terre soit normale, ocre.

On a l’impression que les différences de niveau sont moins importantes sur cette surface ?

R.N. : La surface diminue les différences de niveau car d'habitude les meilleurs font la différence sur des détails comme la précision, les appuis. Moi le premier, je fais la différence avec le contrôle qui se fait avec les jambes et ici on ne peut pas prendre d’appuis solides. Alors oui, n'importe qui peut gagner. Mais évidemment celui qui gagnera le méritera car il aura su s'adapter à la superficie... ce que je n'ai pas su faire.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0