AFP

Tsonga rêve de vacances

Tsonga rêve de vacances
Par Eurosport

Le 11/05/2012 à 16:37Mis à jour Le 12/05/2012 à 12:04

Depuis le début de la saison sur terre, Jo-Wilfried Tsonga passe à côté de ses matches. Lui-même le reconnaît, il n'est plus aussi performant qu'en début de saison. Le numéro un tricolore, éliminé dès les huitièmes de finale au Masters 1000 de Madrid, ne cache pas qu'il aurait besoin d'un break.

Jo-Wilfried Tsonga n'y est plus. Sorti par Alexandr  Dolgopolov en huitièmes à Madrid (7-5, 3-6, 7-6), le cinquième joueur mondial est bien en deçà de ses capacités ces temps-ci. Même si il n'a jamais atteint les demi-finales dans la capitale espagnole, il ne cesse d'enchaîner les prestations décevantes et n'en est pas moins conscient. "J'ai du mal à pousser la machine, à retrouver un Jo conquérant. Je suis moins saignant", a-t-il reconnu en conférence de presse après sa défaite face à l'Ukrainien à Madrid.

Déjà la semaine passée, le Manceau avait étonné en se faisant éliminer par l'Allemand Tommy Haas (6-1, 6-4) dès son entrée en lice au tournoi de Munich. A Monte Carlo, un peu plus tôt, il s'était fait doubler par Gilles Simon (7-5, 6-4). Il avait alors reconnu avoir "été moins bon" que son compatriote. Les performances du numéro un tricolore sont moyennes, presque inquiétantes. "Si je gagnais tous les tournois, tout serait un peu plus sous contrôle, a-t-il déclaré. Mais pour l'instant, Roland c'est un peu loin".

"Ça devrait repartir "

Tsonga semble usé mentalement et peine à se remettre de sa surprenante élimination en huitièmes de finale de l'Open d'Australie face à l'excellent Japonais Kei Nishikori (24e mondial), en janvier (2-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3). Fatigué autant physiquement que mentalement, le Manceau rêve de "d'une petite rivière, d'une canne à pêche, les copains, la glacière". Mais les vacances ne sont pas encore au programme du Français qui subira comme les autres joueurs l'enchaînement intense des tournois sur terre en se rendant au Masters 1000 de Rome la semaine prochaine. "J'aimerais pouvoir couper six semaines comme Federer et reprendre après. Mais c'est impossible si je veux rester à un bon niveau au classement".

La terre battue serait-elle une cause de son début de lassitude ? Depuis le début de la saison sur cette surface, le Français n'est pas des plus à l'aise. Qu'elle soit bleue ou pas, il n'a jamais remporté le moindre tournoi sur terre dans sa carrière. Il compte pourtant bien ne pas rester sur ces contre-performances. "J'ai des objectifs qui arrivent, alors ça devrait repartir", a-t-il ajouté en parlant bien évidemment de Wimbledon, mais aussi de Roland-Garros, où il n'a jamais été plus loin que les huitièmes de finale. Sa place dans le Top 5 mondial en dépend. De quoi retrouver une source certaine de motivation...

0
0