Getty Images

Nadal : "Battre Djokovic donne un surplus de confiance et de satisfaction"

Nadal : "Battre Djokovic donne un surplus de confiance et de satisfaction"

Le 13/05/2017 à 20:51Mis à jour Le 14/05/2017 à 00:23

Après trois ans de disette, Rafael Nadal a de nouveau scalpé Novak Djokovic, samedi à Madrid. En demi-finale du Masters 1000 de la capitale espagnole, Rafa n’a pas laissé grand-chose à Djoko (6-2, 6-4). S'il assure que l'essentiel est ailleurs, Rafa ne boude pas un plaisir renouvelé.

1 070 jours et 7 duels plus tard, Rafael Nadal s’est offert le scalp de Novak Djokovic. Dire qu’il attendait ça depuis belle lurette est une litote. Samedi à Madrid, l’Espagnol a retrouvé la clé face au Serbe qui n’est, à cette heure, que l’ombre de celui qu’il fut il y a encore un an. Sa demie, Nadal l’a maîtrisée de A à Z. Ou pas loin. Une victoire en deux manches (6-2, 6-4) qui ne laisse aucun regret à son adversaire : "Rafa était évidemment le meilleur joueur aujourd'hui, il méritait de gagner", a résumé Djoko en conférence de presse.

Vainqueur en n’ayant laissé que six petits jeux à un rival qu’il défiait pour la 50e fois, Rafael Nadal a savouré son plan de vol, qui a parfaitement fonctionné. Hormis au cœur de la seconde manche où quelques turbulences l’ont perturbé. "J'ai joué un très bon premier set, je frappais bien en coup droit, en revers aussi. En jouant ainsi, je sentais que j'avais les choses sous contrôle. Dans le second set, c'était moins le cas. J'étais un peu plus nerveux, j'ai commencé à jouer plus court et le match s'est équilibré. Tout aurait pu arriver, je variais moins les zones mais j'ai réussi à bien terminer." Bien terminer et donc remporter une 14e victoire de suite sur terre battue. Invincibilité préservée en 2017.

Roland peut encore attendre

Retrouver la clé face à un client comme Novak Djokovic n’est pas anodin. Ça ne peut pas faire de mal, en tout cas. "Le plus important après cette victoire, c'est d'être en finale. A la fin, ce qui reste ce sont les titres, pas les adversaires contre qui on a gagné", a-t-il confié. Avant, tout de même de concéder : "Evidemment, battre un adversaire tel que Djokovic donne un surplus de confiance et de satisfaction."

Dimanche, il visera un 30e titre en Masters 1000 - comme Djokovic - face à Dominic Thiem. Après, il se temps de filer à Rome et, évidemment, de commencer à penser très fort à Roland-Garros où une troisième Decima l’attend, après Monte-Carlo et Barcelone. "Vous aimez parler de ce genre de choses..., a-t-il répondu aux journalistes qui lui demandaient s’il se sentait dans la peau du favori à Roland. Moi, je préfère me concentrer sur ce que j'ai à faire, suivre ma route. J'ai très bien commencé l'année, là je joue un tournoi très important pour moi et d'un point de vue tennistique c'est tout ce qui m'importe aujourd'hui. C'est suffisamment important d'être de nouveau en finale d'un Masters 1000, qui plus est à la maison." Traduction : Nadal prend les matches les uns après les autres. Et il a bien raison. Jusqu’ici, ça lui réussit plutôt bien.

(Propos recueillis par Amandine Reymond à Madrid)

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

0
0