Imago

Madrid: Zverev-Thiem, une finale de jeunes aux dents longues

Zverev - Thiem, une finale de jeunes aux dents longues
Par AFP

Le 13/05/2018 à 01:34Mis à jour Le 13/05/2018 à 02:21

MASTERS MADRID - La finale du Masters 1000 de Madrid opposera Alexander Zverev à Dominic Thiem ce dimanche. La nouvelle génération prendrait-elle le pouvoir ?

Qui d'Alexander Zverev ou de Dominic Thiem, deux jeunes joueurs aux dents longues, succèdera au vieux "roi" Rafel Nadal au palmarès du Masters 1000 sur terre battue de Madrid? Réponse dimanche soir, puisque la finale entre le N.3 mondial et le 7e débutera en fin d'après-midi. "C'est la toute première fois de la semaine où j'ai terminé si tôt. Du coup, je ne sais plus comment occuper mon temps lors des quatre prochaines heures", a plaisanté Zverev, N.3 mondial à 21 ans, après avoir mis 58 minutes à éliminer 6-4, 6-1 le Canadien Denis Shapovalov (43e).

Soit, plus d'une demi-heure de moins que le temps mis par Thiem, tombeur de Nadal en quarts, pour écarter de sa route le Sud-Africain Kevin Anderson 6-4 6-2. Alexander Zverev, vainqueur des Masters 1000 de Rome et de Montréal l'an passé, a eu besoin de huit jeux pour prendre la mesure du jeune Canadien, âgé de 19 ans. Après avoir fait jeu égal jusqu'à 4-4, l'Allemand a réussi le break décisif le conduisant non seulement au gain du set initial mais également à aligner six jeux de rang, avant de conclure la partie sur service adverse et sur un jeu blanc.

Montée en puissance

De quoi mettre la pression sur Thiem, finaliste en 2017 face à... Rafael Nadal, même si l'Autrichien a bénéficié d'un peu plus de temps de récupération que Zverev puisqu'il avait joué avant la finale dames, remportée par la Tchèque Petra Kvitova, pour la troisième fois de sa carrière, une première au Premier WTA de Madrid. Sur la terre battue de la Caja Magica, l'Autrichien n'a fait qu'une bouchée d'un Anderson puissant dans ses frappes mais fébrile sur une surface qui n'est pas sa spécialité.

Thiem a pris le service de son adversaire au début de chaque manche pour construire sa victoire et il a conclu en 1h25 sur sa première balle de match. Le protégé de Günter Bresnik, ancien coach de Boris Becker, poursuit donc sa montée en puissance à l'approche de Roland-Garros (27 mai-10 juin), où il apparaît comme l'un des rares joueurs capables de faire mordre la poussière à Nadal, décuple vainqueur des internationaux de France.

0
0