Panoramic

Toujours intouchable, Djokovic est désormais seul au monde

Toujours intouchable, Djokovic est désormais seul au monde

Le 03/04/2016 à 20:33Mis à jour Le 03/04/2016 à 22:48

MASTERS 1000 MIAMI - Sans trembler, Novak Djokovic a remporté le tournoi de Miami pour la sixième fois de sa carrière, dimanche. En finale, le numéro 1 mondial a disposé de Kei Nishikori (6-3, 6-3). Ce nouveau titre lui permet de passer devant Rafael Nadal au nombre des Masters 1000 remportés (28 contre 27).

Novak Djokovic est plus que jamais le maître incontesté du tennis mondial. Logique vainqueur de Kei Nishikori en finale du Masters 1000 de Miami (6-3, 6-3, en 1h26 de jeu), dimanche, le N.1 mondial a remporté aux Etats-Unis le 28e Masters 1000 de sa carrière. Un chiffre qui le place comme le joueur le plus titré en Masters 1000 dans l'histoire, une unité devant Rafael Nadal (27) avec qui il co-détenait le record depuis son succès à Indian Wells.

Plus fort que Kei Nishikori, le N.1 mondial a également ajouté à son tableau de chasse un sixième sacre à Key Biscane, le 3e consécutif depuis 2014, ce qui lui permet d'égaler le record de succès d'Andre Agassi établi entre 1990 et 2003. Son succès lui a également octroyé un troisième doublé de suite Indian Wells - Miami. Des faits et des chiffres qui paraissent totalement ahurissants.

Glouton comme jamais, le Serbe a également ajouté un 4e titre dans sa besace en cette année 2016 (Doha, Open d'Australie, Indian Wells et Miami) et se dirige tout droit vers la saison de terre battue avec le maximum de confiance. Un peu secoué en quart de finale par Dominic Thiem, puis par David Goffin en demie, il a cette fois totalement maîtrisé son affaire face à un Kei Nishikori beaucoup trop généreux (29 fautes directes). Il a d'ailleurs bouclé ce passage en Floride sans perdre un seul set.

Djokovic dépasse aussi Federer

Breaké d'entrée par le Japonais, Djokovic n'a jamais été inquiété par son adversaire lors de cette finale. Capable d'aller chercher le débreak dans la foulée, il a mené cette rencontre de bout en bout après ce premier jeu de service manqué. Seul un débreak concédé, à 4-2 en sa faveur, est venu ternir ses affaires. Mais avec une première balle régulière (64%), 79% de points gagnés derrière, rien ne pouvait lui arriver. Dans la seconde manche, son break d'entrée de jeu l'a mis sur le chemin du succès et du contrôle des événements, malgré quelques frustrations au moment de conclure.

Plus fort dans la plupart des échanges de cette opposition contre sa quasi copie tennistique, Djoko a encore déployé une palette technique de haute qualité dans une partie moyennement rythmée. Ses prises de risques lui ont coûté pas mal de fautes directes (22), mais il a dominé la plupart des duels dans les diagonales. Lâché par son revers, et son service (53% de premières), Nishikori a constamment dû jouer le coup en plus et l'a payé cher.

Visiblement fatigué par sa semaine, et touché au genou gauche en fin de match, le numéro 6 mondial n'a jamais pu revenir dans le coup. Plus capable de battre le Serbe - désormais le joueur le plus récompensé au niveau du prize money devant Roger Federer (avec 98 199 548 $) - depuis son succès en 1/2 finale de l'US Open 2014, le Japonais a encore manqué l'occasion de s'offrir un véritable déclic.

Novak Djokovic lors de sa finale contre Kei Nishikori à Miami, dimanche 3 avril 2016

Novak Djokovic lors de sa finale contre Kei Nishikori à Miami, dimanche 3 avril 2016AFP

0
0