AFP

Masters 1000 - Monte-Carlo : Ferrer élimine Nadal en quart de finale (7-6, 6-4)

Nadal dégringole du Rocher

Le 18/04/2014 à 14:32Mis à jour Le 18/04/2014 à 20:45

Tremblement de terre à Monte-Carlo : David Ferrer a éliminé Rafael Nadal, huit fois vainqueur, en quart de finale du Masters 1000 (7-6, 6-4). Le Valencian retrouvera Stanislas Wawrinka en demi-finales samedi.

Rafael Nadal ne remportera pas un neuvième titre à Monte-Carlo. Une situation qu'il avait déjà connue l'an passé en laissant sa couronne à huit branches à Novak Djokovic. Mais là où est le plus surprenant, c'est qu'il ne jouera pas même pas la finale de ce Masters 1000. Une première depuis... 2003. Et que cet exploit a été réalisé par David Ferrer, qui est venu à bout du Majorquin en deux sets et 2h13 de jeu (7-6, 6-4). Avant lui, seul Guillermo Coria avait réussi à le priver de finale sur le Rocher, mais c'était en 2003 à une époque où Nadal n'était pas encore Nadal.

Cela faisait dix ans que Ferrer attendait de battre Nadal sur terre battue. Il l'avait fait en 2004 à Stuttgart lors de leur toute première confrontation. Depuis s'en sont suivies beaucoup de défaites face au Majorquin sur cette surface, dix-sept très précisément, jusqu'à cette fin de série à Monte-Carlo où le Valencian n'a même pas perdu un set. Un résultat que peu de personnes auraient parié, même s'il est vrai que le finaliste de Roland-Garros 2013 n'a été pas loin de dominer le Majorquin lors des Masters 1000 de Madrid et de Rome l'an passé.

44 fautes directes pour Nadal contre 28 pour Ferrer

Ce vendredi, Rafael Nadal n'était pas dans son assiette. Mais à quel point ? Il est encore trop tôt pour le dire. Peu en rythme, très gourmand de fautes directes (44 contre 28 pour son adversaire, pour le même nombre de coups gagnants: 24), Nadal a donné des signes précurseurs de ce revers dès les premiers jeux du match. "Ferru" a commencé la partie avec deux breaks en poche. Mais par deux fois, "Rafa" a comblé son retard avec bien du mal. Très mal à l'aise sur son service, Nadal a surtout peiné pour marquer des points derrière sa seconde balle (10% de réussite après une heure de jeu, 43% au final), au point de concéder des balles de break sur chacun de ses engagements.

David Ferrer au Masters 1000 de Monte-Carlo 2014

David Ferrer au Masters 1000 de Monte-Carlo 2014AFP

Même en jouant mal, le Majorquin a souvent dominé Ferrer qui a toujours cultivé un complexe d'infériorité face à ce joueur. Mais cet après-midi, David a bien terrassé le Goliath de la terre battue. Le gain du premier set au tie-break a été un élément très important, surtout au point de vu du scénario : le Valencian a perdu le premier point, puis a remporté les sept suivants pour le gain du jeu décisif sur un 7/1 du plus bel effet.

Cette fois-ci, la réponse de Nadal n'est jamais venue. La seconde manche n'a été que la confirmation de la domination de Ferrer, congédiant Nadal de la suite de la compétition avant le week-end. Samedi, pour une place en finale, Ferrer retrouvera Stanislas Wawrinka dans un duel entre "tombeurs" du numéro un mondial cette saison.

0
0