AFP

Masters 1000 Bercy : Novak Djokovic balaie Milos Raonic (6-2, 6-3) en finale et conserve son titre

Djokovic est vraiment le roi de Bercy

Le 02/11/2014 à 16:33Mis à jour Le 02/11/2014 à 17:54

Impérial en finale dimanche face à Milos Raonic (6-2, 6-3), Novak Djokovic conserve son titre et s'impose pour la troisième fois à Bercy. Un record. Le Serbe est plus que jamais sur orbite dans la course à la place de numéro un mondial en fin de saison.

Novak Djokovic comme dans un fauteuil. Le Serbe a conservé sans forcer son titre à Paris-Bercy en dominant un Milos Raonic vite dépassé en finale du BNP Paribas Masters, dimanche (6-2, 6-3). En un peu plus d'une heure de jeu, le numéro un mondial a dessiné sa 600e victoire sur le circuit et creusé un peu plus l'écart avec Roger Federer en tête du classement ATP.  Et le tout sans perdre un set de la semaine : c'est ce qui s'appelle ne pas avoir fait le voyage pour rien.

Jamais Milos Raonic n'avait réussi à le dominer après lors de leurs trois premières confrontations. Mais le Canadien avait deux arguments à faire valoir : ces défaites étaient intervenues sur terre battue, et non sur dur, où il sait mieux s'exprimer. D'autre part, le dixième mondial venait de battre coup sur coup deux joueurs du Top 5 (Roger Federer et Tomas Berdych) pour rallier la finale de Bercy. Deux arguments qui n'ont jamais fait le poids dimanche en finale.

Raonic s'est frustré tout seul

Dès les premiers échanges, Djokovic a mis la main sur cette finale qui ne semblait pas pouvoir lui échapper. Le Canadien a eu beau servir le plomb et tenter de prendre le jeu à son compte, il n'en a pour autant transpercé la cuirasse de Djokovic. Avec des retours bien sentis et un jeu bien plus diversifié, le numéro un mondial a su museler son adversaire en premières balles (66% de réussite), comme en secondes (36%). Et Raonic s'est frustré tout seul en collectionnant les fautes directes (29, soit un vingtaine de plus que son adversaire).

Le dixième mondial a eu toutefois quatre balles de break à sa portée pour tenter de recoller au score dans la première manche. Quatre occasions vite effacées par le numéro un mondial, imperturbable sur ses mises en jeu. Avec l'Arbre de Fanti dans les mains pour la troisième fois de sa carrière, Djokovic peut sereinement se tourner vers le Masters de Londres pour terminer ses formalités de numéro un mondial. Avant de viser un dernier objectif : retourner pouponner le plus vite possible.

0
0