AFP

Masters 1000 Paris Bercy : John Isner élimine Roger Federer et rejoint Ferrer en quarts

Bourreau de Federer, Isner signe le premier exploit de la semaine

Le 05/11/2015 à 18:38Mis à jour Le 05/11/2015 à 19:23

MASTERS 1000 PARIS BERCY - John Isner a éliminé Roger Federer en huitième de finale du BNP Paribas Masters. L'Américain, qui s'est imposé en trois sets (7-6, 3-6, 7-6), sera opposé à David Ferrer en quarts de finale.

John Isner vient de réaliser la première grosse sensation du tournoi. L’Américain, 13e mondial, s’est offert le scalp du numéro deux mondial, Roger Federer, en huitième de finale du BNP Paribas Masters, éliminant le deuxième joueur du Top 10 du tournoi parisien, après l’abandon de Kei Nishikori face à Richard Gasquet. Et ce, sans convertir la moindre balle de break du match… En remportant deux jeux décisifs face au Suisse (7-6, 3-6, 7-6), l’Américain s’est qualifié pour son troisième quart de finale en Masters 1000 de la saison, où il affrontera David Ferrer vendredi.

Il n’est pas inédit de revoir John Isner se hisser en quart de finale de Bercy, c’est quelque chose qu’il avait déjà réalisé en 2011 en se hissant en demi-finale, en étant même très proche de rallier la finale avant que Jo-Wilfried Tsonga ne l’en empêche. En revanche, le voir battre Federer en dur indoor est une grande première pour lui. Sa seule victoire face au Suisse remontait à leur unique combat sur terre battue en Coupe Davis en 2012. Après cela, l’Helvète avait remporté leurs trois dernières joutes, la dernière à l’US Open cet été sur un score ultra serré en huitième de finale (7-6, 7-6, 7-5). Ce jeudi, Federer, encore fatigué par son sacre à Bâle dimanche dernier, n’a pas eu les solutions pour poursuivre sa série.

John Isner face à Roger Federer à Bercy

John Isner face à Roger Federer à BercyAFP

Isner n'est pas Seppi

Dès les premiers échanges, l’Américain a clairement montré qu’il donnerait plus le change qu’Andreas Seppi, expédié en 47 minutes la veille par le Suisse. Excellent au service, notamment sur secondes balles (55% de réussite contre 48 pour Federer), Isner a parfaitement géré les moments clés du match, à savoir ces deux jeux décisifs où il a réussi à faire la différence. Sa malchance sur les occasions de break (0/6) aurait pu lui jouer des tours. D’autant plus que le Bâlois, lui, est parvenu à revenir dans le match en prenant le service adverse dans le deuxième set après une heure d’insistance. Mais son abnégation a payé.

Avec 53 coups gagnants (pour 30 fautes directes) et surtout 27 aces, le double de son adversaire, Isner a été suffisamment solide pour envoyer Federer dans les cordes. Et le renvoyer en Suisse se reposer avant le Masters de Londres. Vendredi, c’est lui qui défiera un autre ancien vainqueur à Bercy, David Ferrer, pour une place en demi-finale. Il faudra pour cela battre un nouveau membre du Top 10. Impossible ? Il l’a pourtant fait pas plus tard que cette saison à Miami. Raonic et Nishikori s’en souviennent encore.

0
0