Bercy l’espérait, Bercy l’aura. Jeudi, Lucas Pouille fera face à Andy Murray dans un match d'ores et déjà très attendu. Pourtant, c’est peu dire que le numéro deux mondial s’est fait désirer. Avec bien du mal, le Britannique a franchi le cap du 2e tour en battant un Fernando Verdasco très dur à cuire mercredi soir (6-3, 6-7, 7-5). Il lui a fallu deux heures et demi de match et un sacré sang-froid pour dominer l’Espagnol, qui n’a pas été très loin de jouer un mauvais tour à celui qui brigue la première place mondiale.
Pourtant, Fernando Verdasco avait perdu six de ses sept derniers matches sur le circuit ATP avant de venir à Bercy et restait sur six défaites de suite face au Britannique. Mais jouer des top players, l’Espagnol aime ça. Il a dominé Rafael Nadal au premier tour de l’Open d’Australie en tout début de saison et a aussi surpris Stan Wawrinka sur le gazon du Queen’s en milieu d’année. Après un premier set à sens unique, Verdasco a lâché les chevaux… et Murray a ralenti les siens.
Masters Paris-Bercy
Pouille : "Le top de ma saison ? J'espère qu'il sera ici..."
02/11/2016 À 21:24

Un troisième set irrespirable pour Murray

A force de courir après Djokovic au classement depuis plusieurs mois, Murray commence à avoir les jambes lourdes. Cela s’est clairement ressenti dans le deuxième set où il a perdu deux fois sa mise en jeu, avant finalement de recoller au score pour emmener son adversaire au tie-break. Mais le jeu décisif lui a filé entre les doigts. Et c’est avec frustration qu’il a été embarqué contre son gré dans une troisième manche dont il se serait bien passée.
C’est encore lui qui a pris les devants dans l’ultime set en menant rapidement 2-0. Mais a encore calé au moment d’enfoncer le clou sur les balles de break suivantes. En se posant moins de questions, Verdasco a non seulement refait son retard, mais a aussi été à un point d’obtenir un break fatal à 5-5.
Au mental, l’Ecossais a fini par écarter les deux balles de break qui auraient bien pu sonner le glas de son tournoi et de ses espoirs de passer leader du classement ATP avant le Masters. Finalement, il a réussi ce break salvateur à 6-5 qui l’a envoyé en huitième de finale. Les sirènes de la place de numéro un mondial sont sans doute plus fortes que tout.
ATP Madrid
"Il est n°1 mondial, j'ai une hanche en métal" : Djokovic - Murray, affiche nostalgique
04/05/2022 À 19:07
Tennis
Magie de Melbourne, Coupe Davis et regrets à Roland : la carrière de Tsonga en 10 dates
06/04/2022 À 23:49