Panoramic

Jo-Wilfried Tsonga s'en sort par miracle contre Kei Nishikori

Celle-là, Tsonga s'en souviendra !

Le 03/11/2016 à 22:37Mis à jour Le 03/11/2016 à 23:48

Jo-Wilfried Tsonga est en quarts de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy. Le Français s'est imposé en trois sets (0-6, 6-3, 7-6) contre Kei Nishikori jeudi soir, à l'issue d'un match improbable au cours duquel il aura notamment sauvé deux balles de match. Il affrontera Milos Raonic vendredi en quarts.

Jo-Wilfried Tsonga a vaincu le signe indien Kei Nishikori à Bercy. Eliminé par le Japonais dans la salle parisienne en 2013 et 2014, il a cette fois quitté le court en vainqueur. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que le Français revient de très, très loin. Il a survécu à une entame de match apocalyptique dans tous les secteurs du jeu, et à une fin de match au cours de laquelle Nishikori a bénéficié de deux balles de match au moment de servir pour la qualification. Tsonga s'en est finalement tiré en trois manches et deux heures (0-6, 6-3, 7-6) et il continue d'entretenir ses infimes espoirs de Masters.

Pourtant, à l'issue du premier set, il fallait être audacieux pour continuer de croire aux chances du Manceau. Au lendemain de ce qu'il avait qualifié après sa victoire contre Ramos-Vinolas de "meilleure performance au service depuis des années", Tsonga a concédé... trois breaks sur ses trois premiers jeux de service. Résultat, un cinglant 6-0 pour Nishikori. Une première pour JWT cette saison. Rien n'allait. Vraiment rien. Mais l'ancien vainqueur du tournoi a par la suite affiché une résilience de tous les instants.

Nishikori, ce drôle de spécimen

Est-ce le temps mort médical pris par Nishikori à l'issue de ce premier set à sens unique ? Toujours est-il que le match a totalement changé d'âme à la reprise. Au service, Tsonga s'est mis à faire pleuvoir les pierres : 94% de réussite sur sa première balle dans cette deuxième manche. Beaucoup plus agressif en retour et à l'échange, le Sarthois a aussi commencé à bousculer Nishikori. Et si le Japonais a écarté plusieurs balles de break en début de manche, il a assez logiquement fini par lâcher prise dans le sixième jeu, permettant à son adversaire de revenir pleinement dans la partie.

Le troisième et dernier acte a ensuite viré à l'étouffant thriller. Les deux hommes ont enfin commencé à bien jouer de concert et, à tour de rôle, ils ont cru prendre le contrôle de cette drôle de rencontre. Les opportunités de break se sont multipliées, des deux côtés. Sans réussite. Jusqu'à ce que Jo Tsonga ne coince à 4-3, ce qui allait offrir à Kei Nishikori le droit de servir pour le gain de la partie. Et là, comment dire ? Un miracle. Il n'y a pas d'autre mot. A 40-15, Nishikori a eu deux balles de match dans sa raquette. Sur la première, le retour de Tsonga a percuté la bande du filet... avant de retomber du bon côté. Sur la seconde, une bonne attaque du Français a fait la différence.

Mais si le sort et son audace ont sauvé le Français, il pourra aussi remercier Nishikori. Drôle de spécimen quand même que le numéro 4 mondial, capable de séquences admirables et de "trous" monumentaux. Car dans la foulée de ces deux balles de match, le Nippon a commis deux doubles fautes de rang pour permettre à Tsonga de débreaker. Un petit quart d'heure plus tard, à l'issue d'un jeu décisif maitrisé de bout en bout (7-3), JWT mettait définitivement le feu au public de l'Accor Hôtels Arena. C'est en véritable survivant qu'il s'avancera devant Milos Raonic vendredi en quarts de finale. Un autre style, mais pas davantage une sinécure. Mais après ce qu'il vient de traverser, allez savoir...

0
0