AFP

Milos Raonic : "Pour Londres, ça va être très juste..."

Raonic : "Pour Londres, ça va être très juste..."

Le 05/11/2016 à 16:59

MASTERS 1000 PARIS-BERCY – Touché à la jambe droite lors de sa victoire contre Jo-Wilfried Tsonga, Milos Raonic a dû déclarer forfait pour sa demi-finale face à Andy Murray. Un coup dur qui pourrait en entraîner un autre : rien ne dit qu'il sera rétabli pour disputer le Masters dans un peu plus d'une semaine.

Milos Raonic avait la mine un peu déconfite en se présentant devant les journalistes samedi, beaucoup plus tôt qu'il ne l'avait prévu. Incapable de défendre ses chances à cause d'une blessure à la jambe droite contractée vendredi soir lors de son quart de finale victorieux face à Jo-Wilfried Tsonga, le Canadien souffre d'une déchirure au quadriceps droit, ainsi que l'ont révélé les examens passés samedi en début d'après-midi. Il s'était réveillé le matin avec une violente douleur dans la jambe.

Un coup dur, car il n'est jamais agréable de devoir renoncer sur blessure, encore moins juste avant de disputer une demi-finale de Masters 1000 et pas davantage à une grosse semaine du Masters, le grand grand rendez-vous de la fin de saison, et pour lequel Milos Raonic est désormais très incertain. "On m'a parlé de 5 à 10 jours pour une guérison totale, donc ça va être très juste pour Londres", s'est-il inquiété samedi à l'AccorHôtels Arena.

Vendredi, il n'y a "pas trop fait attention"

Pourtant, vendredi, personne n'avait rien remarqué. Et l'intéressé lui-même n'imaginait pas une seconde en quittant le court qu'il ne pourrait pas y revenir samedi. "Je ne me souviens pas exactement comment ça s'est passé, sur quel mouvement, a-t-il expliqué. J'ai eu la douleur une fois que le point était terminé et le point suivant, je sentais quelque chose mais je pensais que c'était plutôt une raideur. J'ai eu davantage mal quand je me suis levé de la chaise après être resté quelques minutes, je m'étais refroidi et en me levant j'ai eu un peu mal mais je n'ai pas accusé le coup sur le moment. Je n'ai pas fait trop attention."

Même en allant se coucher, Milos Raonic n'était pas plus inquiet que cela. Mais la nuit, visiblement, n'a pas porté conseil à son quadriceps... "Quand je me suis mis au lit, a-t-il poursuivi, je sentais un inconfort mais je pensais que c'était simplement une raideur, du fait de m'être levé peut-être brusquement mais la douleur est venue ce matin quand je me suis levé au réveil." Le verdict des examens médicaux ne lui a laissé ensuite aucune chance.

" Plutôt que d'essayer de me démoraliser, j'essaie plutôt de me concentrer sur les moments où je peux jouer"

Une nouvelle blessure qui confirme la fragilité du géant ontarien, souvent freiné par des problèmes d'ordre physiques cette saison. Il avait dû couper après l'Open d'Australie pour une blessure aux adducteurs et pas plus tard que le mois dernier, à Pékin, c'est une cheville récalcitrante qui l'avait contraint à renoncer. "D'un côté, c'est frustrant, de l'autre je m'y habitue d'une certaine manière, a-t-il commenté, un brin fataliste. Plutôt que d'essayer de me démoraliser, j'essaie plutôt de me concentrer sur les moments où je peux jouer et j'essaie de trouver toutes les solutions possibles. En tout cas, pour l'instant, j'ai huit jours devant moi avant de jouer un match."

Malgré ces soucis à répétition, Milos Raonic continue de grimper dans la hiérarchie. Lundi, il sera numéro 4 mondial, égalant son meilleur classement. Il peut toutefois nourrir des regrets puisqu'une victoire contre Murray samedi lui aurait permis de grimper pour la première fois sur le podium. "Je vis ma meilleure saison. Nous sommes un petit nombre à essayer de finir au poste de n°3 mondial en cette fin de saison et c'est vraiment ce but que je recherche", a encore confié le natif de Podgorica. Ce qui ne fait que renforcer sa frustration.

0
0