AFP

Masters 1000 Rome : Novak Djokovic bat Milos Raonic et se qualifie pour la finale

Djokovic s'est fait drôlement peur

Le 17/05/2014 à 17:28Mis à jour Le 17/05/2014 à 18:42

Face à un excellent Milos Raonic, Novak Djokovic a dû batailler ferme pour rallier la finale du tournoi de Rome. Le Serbe s'est imposé en trois sets (6-7, 7-6, 6-3). Il affrontera le vainqueur de Nadal - Dimitrov, dimanche.

Le piège était presque parfait : avec le tennis de puncheur qu’on lui connaissait déjà et des acquis de terrien plus étonnants car très frais, Milos Raonic a bien failli faire trébucher Novak Djokovic en demi-finale à Rome. Le n°2 mondial ne s'en est sorti qu'au bout de trois heures de jeu, et après être passé près de la défaite dans le tie-break du deuxième set (6-7, 7-6, 6-3). Le voilà en finale au Foro italico pour la cinquième fois de sa carrière. Seule ombre au tableau : il s'est souvent tenu le poignet droit au cours du dernier set...

Il aura fallu attendre une heure trois quarts pour voir enfin Novak Djokovic, relanceur émérite s’il en est, trouver la clé du service de Milos Raonic. Une heure trois quarts passés à tâtonner, à chercher comment empêcher le Canadien de tenter son va-tout en quelques coups de raquettes bien sentis, aces, secondes balles kickées, attaques de coup droit ou volées conclusives bien posées. Tout, plutôt qu’entrer dans la filière longue chère au Serbe, et dans laquelle l’élève de Riccardo Piatti savait qu’il n’aurait pas son mot à dire.

Im Finale wartet auf Novak Djokovic nun vielleicht sein Dauerrivale.

Im Finale wartet auf Novak Djokovic nun vielleicht sein Dauerrivale.AFP

Face à ce défi pas si facile à imposer sur terre battue, Novak Djokovic se serait considérablement simplifié la vie s’il n’avait connu un spectaculaire trou d’air dans le jeu décisif du premier set, lorsque, menant 3 points à 0, il a ensuite perdu les 6 suivants… et finalement le set, 7-6(5). Les statistiques parlaient pourtant quasi-unanimement en sa faveur (73% de premières balles contre 62%, 63% de réussite derrière sa seconde contre 45%, 4 balles de break obtenues contre 3... et même 49 points remportés contre 47).

Inquiétude pour ce poignet droit qui l’a poussé au forfait à Madrid ?

Mais la pression imposée par un adepte des filières courtes est toute autre que celle affectionnée par le joueur de rallyes. Roi des schémas en moins de cinq coups de raquette – au début du second set, 35 des 47 points marqués par Raonic l’avaient été dans ces conditions – et plein de sang-froid, le Canadien avait trouvé la bonne recette pour frustrer Novak Djokovic. Au point que le Serbe a bien failli reproduire un tie-break désastreux au deuxième set, où, menant 2-0, il a concédé ses deux points de service sur deux fautes directes et s’est retrouvé mené 3-2, deux services à suivre pour le Canadien. A la bagarre, réalisant des prouesses à la relance pour enfin engager l’échange, Djokovic est pourtant parvenu à repasser devant et à empocher le set, 7 points à 4.

Le plus dur était fait. S’emparant du service adverse d’entrée de dernière manche, le vainqueur 2008 et 2011 du tournoi a tenu cet avantage jusqu’au bout, breakant même une deuxième fois un Raonic aux jambes désormais lourdes à 5-3. Egalement finaliste au Foro italico en 2009 et 2012, Novak Djokovic y disputera dimanche sa cinquième finale en carrière. Ce sera contre Rafael Nadal ou Grigor Dimitrov. Seul inquiétude à avoir, peut-être, pour le Serbe : plus le troisième set avançait, plus il se tenait le poignet droit, celui qui l’a contraint au forfait à Madrid la semaine dernière…

0
0