Djokovic a dû sortir le bleu de chauffe. Poussif dans un premier set à rallonge, face à son compatriote Filip Krajinovic, le quadruple vainqueur du Masters 1000 de Rome a ensuite facilement pris la main dans la deuxième manche pour l’emporter, au terme d’un match de 2h08 (7-6, 6-3). Il retrouve une nouvelle fois les quarts de finale dans la capitale italienne, où il affrontera soit la surprise Lorenzo Musetti, soit le tombeur de Gaël Monfils, Dominik Koepfer.

Roland-Garros
Qui est le plus grand ? "J’aurais tendance à dire que Djokovic est le plus fort de tous"
11/10/2020 À 17:48

Paradoxe du jour : c’est lorsqu’il a eu sa casquette blanche à la marque au crocodile vissée sur la tête, tout le long du premier acte, que Novak Djokovic a semblé le plus souffrir du soleil et de la chaleur romaine, avant de prendre le dessus beaucoup plus sereinement sur son compatriote une fois qu’il l’a enlevée. Si, après sa balade du deuxième tour face à Caruso (victoire en 2 sets et 1h24), Djokovic devait se défaire d’un adversaire beaucoup plus coriace en huitièmes - Krajinovic - c’est surtout, une fois de plus, contre lui-même que le Serbe a dû batailler.

27 fautes directes dans le 1er set pour Djokovic !

Moins à l’aise qu’à son habitude au service (65% de premières balles), le joueur aux 35 titres en Masters 1000 a mis beaucoup de temps à lancer la machine, face au 29e au classement ATP qui a crânement joué sa chance, se montrant agressif dès qu’il le pouvait, et breakant d’ailleurs d’entrée de jeu. S’il a perdu son service ensuite, Krajinovic a bien embêté Djokovic, profitant des amorties souvent trop tendres de ce dernier, sans parler de ses nombreuses fautes directes (27 sur ses 33 du match dans le premier set), notamment en revers.

Il ne faut pas mentir non plus et dire que le finaliste de la dernière édition était à la rue. Mais il a dû se battre sur chacune de ses mises en jeu, sauver plusieurs balles de break à défaut de convertir celles obtenues dans le premier acte (1/10). Notamment ces deux balles de set manquées à 5-4 en sa faveur. Puis Djokovic a failli se faire surprendre, mené 4-1 dans le tie break, avant de resserrer le jeu et de l’emporter dans la douleur.

La faute à la pression ? Plus relâché, beaucoup plus précis, "Nole" n’a en tout cas plus été inquiété dans le deuxième set. Après avoir breaké très rapidement, il n’a plus laissé aucune chance à un adversaire moins en réussite, et qui est parti plus souvent à la faute. Qualifié pour son 14e quart de finale de suite à Rome, le 85e de sa carrière en Masters 1000, il devra en revanche s’éviter autant de galères face à son prochain opposant.

Roland-Garros
Nadal, récital pour un record
11/10/2020 À 15:31
Roland-Garros
Djokovic rejoint Nadal dans la douleur
09/10/2020 À 20:33