Shanghai aura été son tournoi de rentrée, mais aussi celui de la confirmation de ses maux actuels. Novak Djokovic n'avait plus joué depuis sa finale perdue à l'US Open contre Stan Wawrinka. Stoppé net par un Roberto Bautista Agut qui vit la semaine de sa carrière, le numéro un mondial s'est arrêté en demi-finale en Chine et, au-delà du résultat, loin d'être catastrophique, c'est l'impression laissée par le Serbe qui est venu témoigner une fois encore de son coup de moins bien entamé à l'été. Et c'est bien la tête qui pose problème.
De la fin de l'été 2015 à celle du printemps 2016, Novak Djokovic a vécu une période monumentale en termes de résultats. De l'US Open (inclus) à Roland-Garros (inclus également) il a remporté 66 matches, pour seulement quatre défaites.
Depuis son sacre parisien début juin, il a nettement fléchi, concédant déjà autant de revers (4) que sur les neuf mois précédents, pour seulement 15 rencontres gagnées. "J'ai vécu des hauts et des bas en termes de résultats", a-t-il sobrement constaté samedi après son élimination.
Wimbledon
4h57, unique, 93,7% : Djokovic à Wimbledon, une mainmise en stats
HIER À 18:20
Je savais bien que je ne pourrais pas jouer au meilleur niveau tout le temps
Visiblement, son mois de coupure et son retour aux sources à Belgrade n'ont pas suffi à lui permettre de se régénérer complètement. Le processus sera, à l'évidence, beaucoup plus long pour le Djoker, qui avouait en arrivant à Shanghai être en quête de "joie intérieure" au moins autant que de performance.
Vendredi, face à Mischa Zverev, on l'avait trouvé par moments très détaché de ce qui se passait sur le court. Même s'il s'en était sorti, quelque chose clochait. Sa défaite en deux sets contre Bautista Agut a donné du poids à ce sentiment. "Chaque jour est une leçon. On apprend plus de ce genre de journée et de ce genre de match que des victoires", a-t-il prôné, fataliste et philosophe.
Novak Djokovic concède être dans "une période de transition" au cours de ce second semestre 2016. "C'est peut-être la cause de ce que je traverse en ce moment... Il fallait bien que j'expérimente cela un jour ou l'autre, a-t-il estimé. Je savais bien que je ne pourrais pas jouer au meilleur niveau tout le temps. Peut-être suis-je juste harassé par les nombreux matches disputés lors des quinze et vingt derniers mois."
Avec le dernier M1000 de la saison, à Bercy, et plus encore le Masters de Londres, il lui reste deux gros objectifs à négocier en cette fin d'année. Il va faire avec les moyens du bord, psychologiquement parlant. Et va devoir gérer la cocotte-minute sous sa caboche, afin qu'elle n'explose pas pour de bon.

Novak Djokovic à Shanghai

Crédit: AFP

ATP Santa Ponsa
Première sur gazon, gros plein de confiance : Tsitsipas se rassure avant Wimbledon
HIER À 15:45
ATP Santa Ponsa
Battu par Bautista Agut, Medvedev dit adieu au gazon en 2022
23/06/2022 À 17:15