AFP

C'était un petit Djokovic et il a bien failli prendre la porte

C'était un petit Djokovic et il a bien failli prendre la porte

Le 14/10/2016 à 11:38Mis à jour Le 14/10/2016 à 17:45

MASTERS 1000 SHANGHAI - Novak Djokovic a énormément souffert vendredi en quarts de finale pour se défaire de l'Allemand Mischa Zverev, le frère ainé d'Alexander. Le numéro un mondial, peu inspiré et mal embarqué, a serré le jeu pour s'imposer finalement en trois sets (3-6, 7-6, 6-3). Il affrontera Roberto Bautista Agut en demi-finale samedi.

Novak Djokovic ne convainc toujours pas mais il continue d'avancer. Le Serbe, en quête d'un quatrième titre à Shanghai, s'est fait une jolie frayeur vendredi en quarts de finale face à Mischa Zverev. Apathique, affichant par moments presque une forme de détachement qui en dit assez long sur son état d'esprit actuel, Nole a ramé pendant trois sets face à l'Allemand avant de l'emporter 3-6, 7-6, 6-3 en plus de 2h20 de jeu.

Si, à 29 ans, Mischa Zverev est loin de susciter le même intérêt que son jeune prodige de frère nommé Alexander, il possède, avec sa patte de gaucher, un tennis soyeux et agréable qui a posé de gros soucis au numéro un mondial vendredi. Même si, à l'évidence, le patron du circuit est très loin d'avoir affiché son visage le plus percutant dans ce quart de finale. Lorsqu'il s'est retrouvé mené 6-3, 2-0, l'affaire a même semblé très mal embarquée pour le Djoker, alors incapable de hausser le rythme et de jouer avec un fil conducteur.

En demie sans être bon, le luxe du Djoker

Mais Djokovic, même très en dedans, conserve heureusement pour lui suffisamment de marge pour se sortir de ce genre de mauvais pas. Un premier coup d'accélérateur lui a permis de débreaker pour revenir, puis un second lui a offert un autre break pour se placer aux commandes de ce deuxième set. Mais Zverev a refusé de céder et après avoir recollé à son tour, il a poussé le tenant du titre au jeu décisif. Là, rattraper par une certaine tension, l'Allemand a coincé, laissant Djokovic s'envoler (4-0, puis 7-4).

Une fois revenu à une manche partout, le Serbe avait fait le plus dur et, sans surprise, il a dominé le dernier acte, à la faveur d'un break d'entrée conservé jusqu'au bout. La balle de match, acharnée, aura témoigné comme un symbole de la difficulté endurée par Djoko dans cette rencontre. Sans être bon, le voilà en demi-finale. C'est son luxe. Mais s'il veut conserver sa couronne chinoise, il devra montrer autre chose ce week-end, et ce dès samedi face à Roberto Bautista Agut.

0
0