Félix Auger-Aliassime a longtemps cru que ce jeudi serait parfait. Pour son 19e anniversaire, le prodige canadien a tenu la dragée haute à Karen Khachanov mais a fini par céder. Le Russe a eu le dernier mot après une lutte de trois sets (6-7, 7-5, 6-3) et 2h50 de jeu, en huitième de finale du Masters 1000 de Montréal. Longtemps chahuté et frustré, le 8e joueur mondial retrouvera le 7e, Alexander Zverev, vainqueur in extremis de Nikoloz Basilashvili (7-5, 5-7, 7-6), vendredi pour une place en demi-finale.
Et sur un dernier service gagnant de Karen Khachanov, la foule s’est tue. Enthousiasmé, le public de Montréal a poussé jusqu’au bout son héros Félix Auger-Aliassime, mais cela n’a pas suffi. Le jeune Canadien aura donné aux spectateurs toutes les raisons de s’enflammer au cours d’un match au scénario illisible et à la qualité fluctuante. Pas aidés par le vent, les deux joueurs ont alterné grosses approximations et fulgurances. A ce petit jeu, c’est finalement le plus expérimenté des deux qui a gagné.
Roland-Garros
Un combat et un ouf de soulagement : "FAA" ouvre son compteur à Roland
22/05/2022 À 15:15

98 fautes directes mais un suspense haletant

Pourtant, Karen Khachanov aurait bien pu se laisser envahir par la frustration. Le Russe a eu un break d’avance à deux reprises dans le premier set, menant 5-3, avant de voir son adversaire revenir et sur lui. Il a même bénéficié de deux balles pour virer en tête à 6 points à 4 dans le tie-break, avant de craquer et de voir Auger-Aliassime le coiffer au poteau (6-7(7)). Impressionnant de détermination, le Canadien semblait alors avoir fait le plus dur.
Sonné, Khachanov a cédé son engagement d’entrée de deuxième manche. Mais à partir de 2-1, le match a basculé dans l’irrationnel : à tour de rôle, les deux joueurs ont accumulé les bévues (98 fautes directes en tout), concédant tour à tour leur service. Signe de cette fébrilité ambiante, Auger-Aliassime a commis pas moins de 12 doubles fautes dans cette partie, dont 3 dans un seul jeu pour concéder un premier debreak. S’il a encore frustré son adversaire en revenant de 5-3 à 5-5, le 21e joueur mondial a encore été lâché par son engagement pour finalement le laisser revenir à hauteur (6-7, 7-5).
Conscient d’être passé proche de la sortie, Khachanov a alors enfin pris le contrôle du match : plus agressif, il a fait reculer progressivement Auger-Aliassime pour réaliser le seul break du dernier acte (10 dans les deux premiers) et rafler la mise. Bien que sûrement très déçu, le Canadien a été consolé par le public de Montréal qui lui a chanté "Joyeux anniversaire" en chœur. A n’en pas douter, ce n’est que partie remise pour lui.
ATP Rome
Retour de Nadal venu d’ailleurs, Djokovic et F2A partout : le Top 5 des points
15/05/2022 À 23:06
ATP Rome
Lui ne manquera pas à l'appel : Djokovic qualifié pour les demies
13/05/2022 À 21:39