AFP

Masters Miami : Andy Murray remporte son 9e Masters 1000 face à David Ferrer (2-6, 6-4, 7-6)

Murray, coeur de bravoure
Par Eurosport

Le 31/03/2013 à 20:00Mis à jour Le 31/03/2013 à 22:25

Andy Murray a décroché son neuvième titre en Masters 1000 en s'imposant à Miami pour la deuxième fois de sa carrière après un combat serré et indécis face à David Ferrer, dimanche à Key Biscane (2-6, 6-4, 7-6). Lundi, l'Ecossais sera numéro deux mondial. L'Espagnol, qui a manqué une balle de match, reviendra tout de même à la quatrième place du classement ATP.

Andy Murray perpétue la tradition. En dominant David Ferrer en finale de Miami, l'Ecossais confirme que les Masters 1000 échappent très rarement aux joueurs du Big Four. Sur les vingt derniers, Nadal, Federer, Djokovic et Murray ont trusté 19 récompenses. En l'absence des deux premiers et après l'élimination du troisième en huitième de finale en Floride, l'Ecossais a complété sa collection en décrochant son neuvième Masters 1000 face à David Ferrer, après un match aussi tendu qu'indécis de 2h45 de jeu. L'Espagnol, récent vainqueur à Paris-Bercy et parfait dans son rôle d'outsider, a pourtant eu l'occasion de s'adjuger une victoire de prestige face au numéro trois mondial. Malgré une balle de match et un scenario improbable dans le troisième set, le Valencian a fini par céder, laissant Andy Murray le soin de s'imposer à Miami pour la deuxième fois de sa carrière et de retrouver la deuxième place mondiale.

Pas du tout dans le tempo en début de partie, Andy Murray a mis quarante minutes pour lancer sa machine. Bien moins agressif que son adversaire, décidé à faire le jeu, l'Ecossais a concédé la première manche 6-2. Puis, le numéro trois mondial a peu à peu retrouvé son service, notamment ses secondes balles, pour devenir enfin dangereux dans la deuxième manche, finalement remportée 6-4. Un break d'entrée de troisième set pour Murray aurait dû assommer Ferrer pour de bon, mais c'était sans compter sur l'énorme volonté de l'Espagnol de ne pas sombrer sans combattre. Et c'est ainsi que huit breaks, dont six de suite, ont été réalisés dans cette troisième manche qui n'a pas pu se terminer autrement que sur un jeu décisif. Un tie-break que l'Ecossais a finalement maîtrisé du début à la fin (7/1). Non sans quelques frayeurs.

Ferrer : Treizième défaite en finale face à un Top 5

EFE

Quand l'Espagnol est repassé devant à 6-5, il a mal négocié sa balle de match sur la mise en jeu de son adversaire. Persuadé de voir une balle trop longue durant l'échange, Ferrer s'est carrément arrêté de jouer pour demander un arbitrage vidéo... qui a confirmé que l'attaque de Murray était pleine ligne. Fatigué et jonglant avec des crampes, le Valencian n'a pas réussi ce coup de bluff qui aurait pu le libérer. Cette occasion manquée a fini de lui couper les jambes, laissant à Murray le soin de terminer les débats au cours d'un jeu décisif à sens unique.

Pour Andy Murray, c'est une victoire aux allures de bonne nouvelle. Après une défaite en finale de l'Open d'Australie face à Novak Djokovic fin janvier, un nouveau revers à Miami aurait pu lui plomber le moral. S'il avait perdu ce match après avoir eu quatre fois l'avantage d'un break en finale d'un Masters 1000, le Britannique aurait pu longtemps ronger son frein, comme Ferrer doit actuellement le faire. Si l'Ecossais cultive la gagne dans cette catégorie de tournois, l'Espagnol cultive la malchance face aux cinq premiers joueurs mondiaux qu'il croise en finale. Face à Murray, il a perdu sa treizième finale face à un membre du Top 5... pour aucune victoire. Lundi, il montera pourtant d'un cran au classement : il sera de nouveau numéro quatre mondial devant Nadal. Pas sûr que cela le console.

0
0