AFP

Simon le matador

Simon le matador
Par Eurosport

Le 19/10/2008 à 07:00Mis à jour

Gilles Simon a réussi l'exploit d'éliminer Rafael Nadal en demi-finale du Masters de Madrid (3-6, 7-5, 7-6 (8-6)). Au terme d'un combat qui aura duré 3h22min de jeu, Simon a signé le plus bel exploit de sa carrière. Il rencontrera dimanche en finale, Andy

MS MADRID - Demi-finales

COURT CENTRAL dès 13h30

Gilles Simon (FRA) bat Rafael Nadal (ESP/N.1): 3-6, 7-5, 7-6 (8-6)

Après Novak Djokovic à l'Open 13, Roger Federer à Toronto, Gilles Simon vient d'accrocher une autre jolie proie à son tableau de chasse en la personne de Rafael Nadal. Au terme d'un match spectaculaire, devant un public madrilène acquis à sa cause, le numéro un mondial n'a rien pu faire face au mental et à l'abnégation du Français. Le Niçois, révélation de la saison, a sans aucun doute signé le plus bel exploit de sa carrière. Dominer le Majorquin, sur ses terres, restera longtemps gravé dans sa tête. Déjà assuré de la place de numéro un français, Simon est plus que jamais dans la course pour le Masters de Shanghai en fin de saison.

Le Français a été intelligent dans la gestion de sa rencontre. Après un premier set dominé de la tête et des épaules par Rafael Nadal (6-3), son mental n'a pas flanché alors que beaucoup de joueurs auraient craqué dans un contexte plus que difficile. C'est mal connaitre Simon. Au fil de la rencontre, le Niçois est venu inquiéter le Majorquin sur sa mise en jeu, réussissant à le breaker deux fois consécutivement dans le deuxième set (5-4 et 6-5), pour finalement s'imposer (7-5). Avec un niveau de jeu et une intensité à des années-lumière de celui vu au premier set, les deux joueurs entamaient le troisième set les visages marqués. Au cours d'une dernière manche monstrueuse où les deux joueurs se sont rendus coup pour coup, Simon gagnait finalement au jeu décisif (8-6) sur une balle un peu trop longue de Nadal. Au bout du suspens et après un combat de 3h22, Simon pouvait enfin savourer l'importance de son exploit.

Qui aurait parié sur une finale Simon - Murray en début de tournoi? Les deux surprises de la semaine vont se rencontrer pour la troisième fois dimanche et pour la première fois sur cette surface. Les deux joueurs ayant remporté une confrontation chacun. Reste à savoir l'état de fraicheur du Niçois qui sera resté plus de trois heures sur le court pendant que l'Ecossais préparait déjà sa finale. Peu importe car le Français peut conclure de la plus belle des manières une semaine magnifique avec en ligne de mire une participation au Masters de Shanghai, encore plus d'actualité. S'il arrive à l'emporter, Simon sera quasiment assuré d'y participer (7e à la Race). En cas de défaite, "Gilou" sera neuvième et devra prendre des points à Lyon et Bercy. Un objectif tout à fait réalisable. Pour le plus grand bonheur du tennis français.

Andy Murray (GBR/N.4) - Roger Federer (SUI/N.2)
Face-à-face : 3/2.

La jeune génération tient son hérault du moment : Andy Murray. Quand les Juan Martin del Potro, Jo-Wilfried Tsonga et autres Gaël Monfils, Richard Gasquet ou Ernests Gulbis sombraient, quand Novak Djokovic échouait en huitièmes, le Britannique a fait mieux que tenir son rang de 4e joueur mondial. Face à Roger Federer, l'Ecossais a prouvé qu'il avait progressé depuis la finale de l'US Open. A 21 ans, il se qualifie pour sa sixième demi-finale de Masters Series. Il vient surtout de battre Roger Federer pour la troisième fois en cinq rencontres. Deux mois après sa défaite face au Suisse en finale de l'US Open, le constat sonne comme une mise au point. Murray est à nouveau (il menait déjà 2/1 dans les face-à-face) le seul avec Nadal à avoir un ratio victoire/défaite positif contre le N.2 mondial.

A Madrid, Federer a joué dans la continuité de ses dernières apparitions. L'attitude est bonne même s'il commet quelques fautes directes (14 au premier set). Murray retourne bien, mais il fait la différence en avançant. A 4-2, il breake et confirme ensuite pour remporter la première manche. Murray cherche les solutions. Cela passe par un meilleur pourcentage en première balle. Au second set, le Britannique n'a d'ailleurs pas perdu un seul point derrière sa première. A 2-1, Federer est au service. Il sort un coup droit facile en début de jeu alors que son adversaire est très loin de la balle, et tout bascule. Breaké quelques points plus tard, il doit composer avec un joueur plus précis. Murray égalise après une heure de jeu (une demi-heure pour chaque set).

Le dernier set est dominé par Andy. Au service, il hausse encore le ton en claquant 10 aces sur 14 au total. Et il ne laisse aucun répit au Suisse en retour. Sept balles de set ponctueront la manche. Federer résiste. Il sauve deux balles de break à 15/40 (pour égaliser à 2-2), il en sauve une lors de chacun de ses deux engagements suivants. Il en sauve deux à 5-5, 15/40. Mais il s'incline sur la septième. Les montées à contre-temps de Murray, ses accélérations, ses passings et sa constance en première balle ont fait chuter un très bon Roger. Prometteur.

A SAVOIR : Murray offre ainsi la couronne ATP 2009 à Nadal, assuré de rester N.1 mondial en fin de saison car personne ne peut plus le rattraper.

Rafael Nadal (ESP/N.1) - Gilles Simon (FRA)
Face-à-face : 2/0 pour Nadal.

0
0