Panoramic

Murray numéro 1 ? Ce n'est pas pour tout de suite, mais ça pourrait bien finir par arriver

Murray numéro 1 ? Ce n'est pas pour tout de suite, mais ça pourrait bien finir par arriver

Le 16/10/2016 à 23:53Mis à jour Le 17/10/2016 à 12:00

La place de numéro 2 mondial, Andy Murray commence à la connaitre. Et vu le tempo imposé au sommet par Novak Djokovic pendant deux ans, on le voyait mal aller au-delà. Mais le vent est en train de tourner. Et l'Ecossais a aujourd'hui un énorme coup à jouer pour s'installer au sommet du classement ATP en début d'année prochaine.

Vingt-sept mois. Voilà 27 mois que Novak Djokovic trône sans discontinuer au sommet du tennis mondial. Une suprématie presque inégalée par son ampleur, le Serbe ayant affiché au fil des mois un total de points souvent effarant. Mais aujourd'hui, à la défaveur d'un été faiblard selon ses standards, et un début d'automne erratique, le leadership du Djoker n'a jamais semblé aussi fragile. Au point qu'il n'est désormais plus du tout impossible que le tennis masculin possède à moyen terme un nouveau numéro un mondial, en la personne d'Andy Murray.

Une telle hypothèse aurait pourtant fait rire tout le monde à la sortie du dernier Roland-Garros. Détenteur des quatre titres du Grand Chelem, du Masters et de cinq Masters 1000 (Shanghai, Bercy, Indian Wells, Miami, et Madrid), Djokovic culminait alors à 16950 points. Seul sur sa planète. Son dauphin, Andy Murray, pointait alors à 8035 longueurs. Même pas la moitié du total du patron. Un véritable gouffre. Mais la montagne sur laquelle Djokovic était assis a méchamment fondu en l'espace de quatre mois. Depuis sa victoire à Shanghai dimanche, Murray est revenu à 2415 points de la première place.

Andy Murray et son trophée après son sacre à Shanghai

Andy Murray et son trophée après son sacre à ShanghaiAFP

" Mon but n'est pas d'essayer de devenir numéro 1 mondial dès cette année"

Mathématiquement, l'Ecossais peut même encore prendre le pouvoir avant la fin de cette année 2016, même s'il s'agit là d'un cas de figure extrêmement peu probable. Si les Jeux Olympiques avaient rapporté des points, comme lors des dernières éditions, le coup eut été jouable. Là… "Mon but n'est pas d'essayer de devenir numéro 1 mondial dès cette année, a d'ailleurs balayé le Britannique ce week-end. Pour ça, il faudrait que je gagne tous mes matches alors que Novak a besoin de très peu de victoires pour conserver la première place. Donc ça ne dépend pas de moi. J'aimerais y arriver mais je ne pense que ce soit réaliste cette année."

L'enjeu pour l'éternel dauphin, qui entame ce lundi sa 65e semaine à la deuxième place du classement ATP, sera de mettre à profit la dernière ligne droite de 2016 pour continuer de semer ses graines. Afin de moissonner dans quelques mois, au premier semestre 2016. "Je souhaite juste terminer l'année du mieux possible pour me donner une chance de devenir numéro un en début de saison prochaine", explique-t-il. Et là, le scénario apparait plus réaliste que jamais. Pour une raison simple : si l'on prend en compte les points engrangés depuis Roland-Garros, il n'y a pas photo, le numéro un mondial s'appelle Andy Murray.

Novak Djokovic et Andy Murray

Novak Djokovic et Andy MurrayAFP

+2650 points pour Murray depuis Roland-Garros

En quatre mois, le protégé d'Ivan Lendl a remporté notamment Wimbledon, le Masters 1000 de Shanghai, le Queen's et Pékin (deux ATP 500). Au total, il a cumulé 4960 points. Dans le même temps, Novak Djokovic affiche 2650 points au compteur, soit un déficit de 2310 points pour le Serbe. Si Murray parvient a conservé cet avantage, voire à l'accroitre, sur les derniers tournois de la saison, Djokovic ne sera plus qu'un numéro un en sursis. Il "suffirait" alors à Murray de bien négocier son début de campagne 2017 pour renverser le pouvoir en place.

Sur les trois premiers mois de 2017, Nole devra remettre en jeu pas moins de 4340 points, avec la défense de ses titres à Doha, Melbourne, Indian Wells et Miami. Andy, lui, n'aura "que" 1290 points à défendre. S'il avait atteint la finale en Australie, Murray avait en effet disparu très tôt lors des deux premiers Masters 1000 de la saison. Alors, Andy Murray 26e numéro un mondial de l'histoire dans les six mois qui viennent ? Ce n'est pas encore fait, mais son rythme actuel, autant que les difficultés inattendues de Djokovic, lui ont déjà permis de mettre un pied dans l'embrasure de la porte. Reste à l'ouvrir en grand, pour de bon. Pour lui, désormais, ce n'est plus un lointain rêve, mais un objectif concret.

0
0