Et si les stars du jeu impulsaient la révolution dont la gouvernance du tennis a besoin ? Alors que les sept instances dirigeantes du tennis mondial (ATP, WTA, ITF et les quatre tournois du Grand Chelem) devraient bientôt dévoiler les détails de leur programme d’aide aux joueurs les plus fragilisés par l’arrêt des compétitions dû au coronavirus, Roger Federer a estimé mardi que la situation actuelle était l’occasion idéale d’aller plus loin en fusionnant l’ATP et la WTA en une même structure. Rapidement, Rafael Nadal lui a emboîté le pas.

"Roger, comme tu le sais parce que nous en avons discuté, je suis complètement d’accord. Ce serait super de sortir de cette crise en unissant les tennis professionnels masculin et féminin au sein d’une même organisation", a tweeté l’Espagnol en guise de réponse à son rival suisse. Cet accord public entre deux des trois monstres du circuit sur un sujet aussi important pourrait être très important et accélérer une réforme dans l’organisation de ce sport si éclaté et aux intérêts divergents.

Tennis
Après Osaka, Mladenovic et Yastremska, Bajin va travailler avec Pliskova
IL Y A 5 HEURES

Billie Jean King : "La WTA isolée a toujours été un plan B"

Du côté des joueuses, Simona Halep, Petra Kvitova, Sloane Stephens ou encore Kristina Mladenovic ont aussi, très rapidement, souscrit à la proposition du "Maestro", de quoi mettre une certaine pression aux dirigeants actuels de l’ATP et de la WTA, Andrea Gaudenzi et Steve Simon. Et le mouvement n’en est sûrement qu’à ses prémices. Autre soutien de poids pour Federer, l’ancienne championne Billie Jean King, grande figure du combat pour le tennis professionnel féminin et pour l’égalité des gains, s’est réjouie de cette initiative.

"Je suis d’accord et je le dis depuis les années 1970. Une voix, les hommes et les femmes ensemble, ça a toujours été ma vision à long terme pour le tennis. La WTA isolée a toujours été un plan B (pour la reconnaissance du tennis professionnel féminin, ndlr). Je suis heureuse que nous soyons sur la même longueur d’onde. Il n’y a plus qu’à le réaliser", s’est enthousiasmée l’Américaine.

La crise comme occasion unique de refondation de la gouvernance

Cette coalition rapidement formée n'est sans doute pas le fruit du hasard. L'arrêt forcé des compétitions a été l'occasion de multiples échanges dans les coulisses du tennis, par l'intermédiaire de visio-conférences pour les instances. L'existence de groupes de communication entre joueurs par l'intermédiaire de l'application WhatsApp a aussi été révélée ces dernières semaines et des "lives Instagram" ont aussi été l'occasion pour certains de partager leur vision du tennis actuel.

Il ne manquait finalement peut-être plus qu'une étincelle pour initier une réelle réforme de la gouvernance du jeu. Et qui mieux que Roger Federer et Rafael Nadal, les deux champions les plus charismatiques de ces quinze dernières années, pour faire avancer les choses ? Au bout du tunnel de cette crise sanitaire, économique, sociale et sportive, se trouverait ainsi la lumière pour l'avenir du tennis : l'opportunité d'une réelle refondation.

Coupe Davis
Simon : "Devenir capitaine de Coupe Davis ? J'adorerais parce que je ferais autrement"
IL Y A 8 HEURES
ATP Cup
L'ATP Cup annulée ? les conditions de la quarantaine se précisent en Australie
IL Y A 10 HEURES