Reuters

Serena se joue de Sharapova

Serena se joue de Sharapova
Par Eurosport

Le 27/01/2007 à 11:03Mis à jour

Serena Williams a remporté son 3e titre à l'Open d'Australie en écrasant la future n°1 mondiale, Maria Sharapova, en lui laissant que trois jeux en une heure de match. L'Américaine, 81e mondiale, remontera, elle, à la 14e place au classement WTA grâce à c

OPEN D'AUSTRALIE - Finale dames

Serena Williams (USA) bat Maria Sharapova (RUS, 1) 6-1, 6-2
> Revivez le film du match !

Soufflée comme une brindille. Maria Sharapova a connu ce samedi 27 janvier son premier chagrin en finale d'un tournoi majeur de WTA à cause du passage de l'ouragan Serena. En succédant à Amélie Mauresmo, la soeur cadette des Williams a remporté son troisième titre à l'Open d'Australie, son huitième en Grand Chelem, en infligeant une soufflante à la Roger Federer : c'est-à-dire en faisant valser son adversaire par des coups gagnants sans que celui-ci ne puisse réagir.

Et l'impensable s'est bien produit : Maria Sharapova, future n°1 mondiale lundi prochain, n'a pas fait long feu en finale face à Serena Williams qui s'imposa en une heure de jeu, tout rond, lors de sa dixième finale du Grand Chelem. Elle qui n'était pas tête de série en raison d'une 81e place mondiale et qui sera 14e au classement WTA la semaine prochaine. Même les plus optimistes n'auraient osé le pronostiquer en début de compétition...

De la 81e et la 14e place mondiale

L'ancienne N.1 mondiale est ainsi la deuxième joueuse non-tête de série à s'imposer à Melbourne, après l'Australienne Chris O'Neil en 1978. Mais cette information est à relativiser, les meilleures joueuses du moment ne faisant pas le déplacement aux antipodes pour tenter leur chance. Une chance que Serena a voulu tenter en pleine connaissance de cause : si l'an passé elle est venue en sachant qu'elle ne pouvait faire le poids, l'Américaine avait prévenu que, cette année, elle ne faisait pas le voyage pour rien...

Avec une mentalité de fer, Serena est parvenue à refaire surface sur la planète tennis de la meilleure des manières après avoir chuté jusqu'à la 140e place mondiale, son plus mauvais classement depuis 1997. Une opération du genou et l'assassinat de sa demi-soeur Yetunde Price, en 2003, ont précipité la championne américaine vers le fond du classement WTA. Mais, en bonne nageuse, il lui a fallu un peu de bonne volonté pour revenir à son meilleur niveau pour faire honneur à son statut de seule joueuse encore en activité à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem.

Federer, ce modèle

Et Maria Sharapova n'a rien vu venir. Les défauts de la Russe au service tout au long de la quinzaine ont été son principal ennemi en finale : en panne de premières, ses secondes balles liftées n'ont eu aucun effet sur Serena qui giflait ses retours sans réfléchir davantage. Pour confirmer ses breaks d'avance, Williams se reposait sur une mise en jeu pointant à 200km/h de moyenne. De trop pour la Russe qui ne parvenait pas à répondre à l'échange.

Cette finale est donc allée à toute allure, sans laisser le temps à Sharapova de rétorquer. Après trois finales remportées à Wimbledon 2004, l'US Open et le Masters en 2006, Maria prend son premier "vent" en finale majeure WTA, à la Federer lorsqu'il a dicté une leçon de tennis à Roddick en demi-finale il y a deux jours. Avant ce match, la vainqueur 2007 annonçait que son modèle masculin était Roger Federer. On comprend mieux maintenant le scénario du match.

0
0