Eurosport

Tsonga: "Aucun regret"

Tsonga: "Aucun regret"
Par Eurosport

Le 27/01/2008 à 21:45Mis à jour

Jo-Wilfried Tsonga avait le sourire dans la salle de conférence de presse après une finale de l'Open d'Australie où il s'est "donné à fond". Retour demain en France où l'attendent de nombreuses sollicitations. "J'ai encore tout à prouver"

OPEN D'AUSTRALIE - FINALE MESSIEURS
Novak Djokovic (SRB/N.3) bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 38e) 4-6, 6-4, 6-3, 7-6 (7/2)

    Comment avez-vous abordé cette finale ?

    JO-WILFRIED TSONGA : Je l'ai bien abordée. Quoiqu'il arrive, je me disais que c'était un super moment à vivre. Malheureusement, il a fait un grand match. Je ne peux que le féliciter. Aujourd'hui, il a été plus fort que moi. Mais j'ai joué cette finale comme un autre match. Si ça n'avait pas été Novak, j'aurais peut-être gagné. Malgré la défaite, ce n'est que du bonheur.

    Le public vous a soutenu comme un seul homme…

    J-W.T. : L'ambiance était magique. Le public a été fantastique avec moi. J'avais des frissons. Un tel soutien donne le sentiment d'être puissant. C'était super. Quand ils se mettaient à crier, c'était beaucoup de bruit pour moi (sourire).

    Quel a été le moment le plus difficile à vivre pour vous ?

    J-W.T. : Quand je me suis retrouvé sur la chaise après la balle de match. J'ai été obligé de serrer les dents pour ne pas pleurer. Tout est redescendu d'un seul coup.

    Quelle émotion avez-vous ressentie en voyant vos parents dans la tribune ?

    J-W.T. : Je n'ai pas voulu trop penser au fait qu'ils étaient là. Le piège aurait été de jouer pour les gens que j'aime. Alors j'ai joué pour moi.

    Quelle a été votre réaction quand Djokovic a demandé une assistance médicale au quatrième set ?

    J-W.T. : "Il a appelé le kiné après un jeu où il a beaucoup couru. Il se refait bien sur ses trois ou quatre minutes alors qu'il commençait à chuter. Il a su profiter de ces quelques instants pour récupérer et tout donner sur la fin du quatrième".

    Comment revivez-vous cette balle de break à 5-5 au 4e set ?

    J-W.T. : Je choisis un côté, il anticipe. Je n'ai pas de regret. Il a bien joué le coup. Sur cette finale, je n'ai d'ailleurs aucun regret. Je me suis donné à fond.

    Quel a été votre meilleur match en Australie ?

    J-W.T. : Le quart de finale contre Youzhny. Parce que j'ai été costaud alors que lui jouait très bien. Contre Nadal, c'était presque facile tant tout me réussissait.

    Votre statut de joueur va changer ainsi que votre notoriété. Comment anticipez-vous cette transformation dans votre vie ?

    J-W.T. : Je m'y prépare, mais je ne me rends pas compte. J'aimais bien la petite vie tranquille que j'avais (sourire). Je me retrouve sous le feu des projecteurs, mais en même temps, je ne peux pas me plaindre puisque enfant, j'ai rêvé à ça.

    De quoi avez-vous envie ?

    J-W.T. : D'aller me reposer. De couper le portable. De parler seulement aux gens que j'aime (sourire).

    Vous sentez-vous comme le nouveau leader du tennis français ?

    J-W.T. : Non. Je n'ai jamais gagné le moindre tournoi. Je n'ai pas la moindre sélection en coupe Davis. J'ai encore beaucoup de choses à prouver.

    0
    0