Imago

Tsonga-Djokovic, c'est inédit !

Tsonga-Djokovic, c'est inédit !
Par Eurosport

Le 26/01/2008 à 14:15Mis à jour

Pour la première fois depuis trois ans, ni Roger Federer, ni Rafael Nadal ne seront en finale d'un Grand Chelem. Les deux heureux élus, Novak Djokovic et Jo-Wilfried Tsonga ne se sont jamais rencontrés auparavant. Ils seront face-à-face dimanche à 09h30 h

OPEN D'AUSTRALIE - FINALE

Novak Djokovic et Jo-Wilfried Tsonga ont des traits de caractère bien marqués, de ceux qui font les joueurs d'exception. Le Serbe affiche une détermination rare. Il veut être numéro 1 mondial et le clame depuis longtemps, quitte à paraître impertinent il y a un an et... crédible aujourd'hui. Il a vingt ans et tout lui semble possible, même le Grand Chelem dont il vient de priver Roger Federer. Le Français aborde cette finale avec la décontraction de celui qui a eu peur de ne plus jouer au tennis. Son ambition n'a pas de limite parce qu'il relativise tous les enjeux qu'on lui présente comme autant d'obstacles : la notoriété et le poids de l'histoire du tennis français. Heureux de jouer devant ses parents venus de France pour l'occasion, il espère "un grand moment de sport."

LES DEUX JOUEURS EN BREF

Novak Djokovic (Serbe, 20 ans): Né le 22/05/1987 à Belgrade.
Réside à Monte Carlo.
Taille: 1,87 m. Poids: 80 kg
Droitier, revers à deux mains
Débuts professionnels: 2003
Classement mondial actuel: 3e (meilleur classement)
Palmarès: 7 titres.
En Grand Chelem: aucun titre, 2 finales (US Open 2007, Australie 2008)

Jo-Wilfried Tsonga (Français, 22 ans): Né le 17/04/1985 au Mans.
Lieu de résidence: Le Mans.
Taille: 1,87 m. Poids: 90 kg.
Droitier, revers à deux mains.
Débuts professionnels: 2004.
Classement mondial actuel: 38e (meilleur classement)
Palmarès : Aucun titre.
En Grand Chelem: aucun titre, 1 finale (Australie 2008)

LEUR JEU

Réduire l'opposition des deux joueurs entre un simili-boxeur et un showman serait manquer la clef de cette rencontre inédite. Il n'y aura pas le punch d'un côté et la tactique de l'autre, la force et le rythme. Ce duel est indéchiffrable en raison de la jeunesse et l'inexpérience des intéressés, mais certainement prometteur au vu de leur style de jeu. L'erreur à ne pas faire est donc de ne percevoir que la puissance de Tsonga.

Patrick Rafter, attaquant australien double vainqueur à l'US Open (1997, 1998), l'a bien vu : "J'adore sa façon de changer la vitesse de la balle. De nos jours plus personne ne change le rythme de jeu, personne ne fait ces slices de revers ou ces balles lentes en cloche, mais lui le fait. Et c'est vraiment très beau". Quand Novak Djokovic, Docteur es Mimésis, sait imiter ses adversaires en-dehors du court et les prendre à leur propre jeu sur le court, Jo-Wilfried Tsonga cherche le moment faible du point pour attaquer. Voici leurs caractéristiques:

. Le service

Le gabarit de Jo-Wilfried Tsonga, sa puissance et surtout son geste naturel font de lui un "serveur-né". Il rappelle lui-même l'anecdote : "A un an, on m'a pris en photo avec une balle de tennis. Je la jette en l'air et avec l'autre bras, j'arme comme pour servir..." Il sait surtout gérer son effort. Avant je tapais très fort mais j'ai vite compris que j'allais me détruire l'épaule. Face à Nadal, surtout au premier set, comme tout au long du tournoi, il n'a pas appuyé toutes ses premières. En revanche, il a été contraint d'accélérer ensuite pour obtenir finalement 17 aces. Son point fort.

Le Serbe n'est pas une machine à aces, mais sa taille (1.87m comme Tsonga) lui permet de faire tomber la balle de très haut. C'est souvent profond, souvent kické sur seconde, et cela a mis Roger Federer lui-même en danger. Un atout précieux, qu'il gère lui aussi à la perfection.

. Le coup droit

Les joueurs du circuit vont apprendre à se méfier des grandes gifles de Tsonga. Quasiment à plat, en passant la raquette à peine au-dessus de la balle, le Manceau peut mettre la balle où il veut. Il a crucifié Nadal aux quatre coins du court avec ce coup droit et avait déjà réussi 34 coups droits gagnants contre Gasquet. A la différence d'un James Blake, il ne cogne pas en permanence mais surprend ses adversaires dès qu'une faille apparaît. Encore une fois Novak Djokovic ne possède pas l'explosivité de son rival, mais il peut accélérer en coup droit. Un coup auquel il donne plus d'effets et sécurise d'autant plus.

. Le revers

Pour Tsonga, Guy Forget avait trouvé comme référence Boris Becker pour le service et Marat Safin dans le jeu de fond de court, avec cette précision d'importance : un coup droit aussi efficace mais, surtout, un revers plus dense. Eric Winogradsky était satisfait de la progression de son protégé à ce niveau-là: "Nous avons travaillé ce point pendant l'intersaison". Aujourd'hui, son revers n'est plus seulement un coup d'attente mais il peut l'utiliser comme son coup droit, à plat, en contre ou en attaque. Mieux, il peut le jouer aussi à une main pour travailler son adversaire au corps en plaçant des "chops" made in Noah, neutres et bas. Chez Novak Djokovic, le revers coupé est rare, mais il peut s'appuyer sur une force de frappe égale des deux côtés, en coup droit comme en revers.

. La volée

S'il y a bien un aspect du jeu de Tsonga qui dérange, c'est bien sa volée. D'une envergure imposante, il y projette ses 90 kg avec une aisance qui a désarçonné Nadal parmi tant d'autres. Ses résultats sur gazon illustrent ce constat : Tsonga est un des derniers grands volleyeurs du circuit. Sa démonstration de volée de revers amortie jeudi restera gravée dans toutes les mémoires. Au filet, Djokovic n'hésite pas à venir conclure les points, de là à aller les chercher...

LEUR PARCOURS A MELBOURNE

. Novak Djokovic
1er tour bat Benjamin Becker (ALL) 6-0, 6-2, 7-6.
2e tour bat Simone Bolelli (ITA) 6-1, 6-2, 6-2.
3e tour bat Sam Querrey (USA) 6-3, 6-1, 6-3.
1/8 bat Lleyton Hewitt (AUS/N.19) 7-6, 6-3, 6-3.
1/4 bat David Ferrer (ESP/N.5) 6-0, 6-3, 7-5.
1/2 bat Roger Federer (SUI/N.1) 7-5, 6-3, 7-6
Note : il n'a perdu aucun set.

. Jo-Wilfried Tsonga
1er tour, bat Andy Murray (GBR/N.9) 7-5, 6-4, 0-6, 7-6.
2e tour bat Sam Warburg (USA) 6-4, 7-6, 6-2.
3e tour bat Guillermo Garcia-Lopez (ESP) 6-3, 6-4, 6-2.
1/8 bat Richard Gasquet (FRA/N.8) 6-2, 6-7, 7-6, 6-3.
1/4 bat Mikhail Youzhny (RUS/N.14) 7-5, 6-0, 7-6.
1/2 bat Rafael Nadal (ESP/N.2) 6-2, 6-3, 6-2.
Note: il est le premier Français a battre quatre têtes de série (dont trois top 10) en Grand Chelem.

dpa

0
0