AFP

Open d'Australie 2013: Jo-Wilfried Tsonga rate l'exploit face à Roger Federer

Tsonga cale aux portes de l'exploit
Par Eurosport

Le 23/01/2013 à 13:08Mis à jour Le 23/01/2013 à 21:53

Malgré un gros match, Jo-Wilfried Tsonga s'est incliné en cinq sets (7-6, 4-6, 7-6, 3-6, 6-3) face à Roger Federer en quarts de finale de l'Open d'Australie. Le Suisse affrontera Andy Murray.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Jo-Wilfried Tsonga a tout donné. Il a tout tenté. Il a beaucoup réussi. Mais ça n’a pas suffi. Parce que, face à lui, Roger Federer, même en demi-teinte, reste un joueur exceptionnel. Ça n’a pas suffi parce que, sur les quelques points qui valent tellement plus cher que les autres, le Français s’est montré moins efficace et moins pertinent que son illustre adversaire. Ça n’a pas suffi, aussi, parce que Tsonga a connu un coup de barre physique au pire moment, au début du cinquième set. Le temps qu’il récupère, Federer avait signé le break décisif. En dépit d’un gros match et d’un bien beau combat, Tsonga s’arrête donc en quarts de finale de cet Open d’Australie qui réunira dans le dernier carré les quatre premières têtes de série.

Pourtant, le numéro un tricolore n’a pas à rougir. A l’exception des tous premiers jeux de la rencontre, où il a d’ailleurs concédé d’entrée le break, il a fait plus que jeu égal avec Federer jusqu’à la fin du quatrième set. Il semblait même un tout petit peu au-dessus. Agressif, offensif, il a fait ce qu’il fallait. Malheureusement pour lui, il a payé cash la mauvaise gestion des deux jeux décisifs du premier et du troisième set. Là, le Bâlois a parfaitement serré le jeu. Il a haussé son niveau, contrairement à Tsonga, qui a commis quelques petites erreurs aux conséquences fatales. Dans le premier jeu décisif, il a commis la faute en revers sur le premier point et sur le dernier, offrant le set à Federer. Dans celui du troisième, il a à nouveau manqué de précision en une ou deux occasions. "Dès que je vais baisser de pied, il va me mettre dedans", avait annoncé Tsonga. Il ne croyait pas si bien dire.

Tsonga a fini par s’user

Dommage, car il y avait la place pour passer. Federer ne s’est pas montré aussi impérial que lors des précédents tours. Il faut dire aussi que l’opposition n’était pas la même. Le Suisse n’aime pas être bousculé et, avec Tsonga, il est servi. Lui qui n’avait pas concédé le moindre break (et seulement quatre balles de break !) en quatre matches, a perdu son service au moins une fois dans chacune des quatre premières manches. Tsonga, de son côté, n’a jamais rien lâché. Son deuxième set a même été exceptionnel, particulièrement au service, sur lequel il n’a perdu que deux points en cinq jeux. Jamais il ne s’est laissé gagner par la frustration, après les pertes des première et troisième manches. A chaque fois, il est reparti au combat. Mais il a aussi fini par s’user, contrairement à Federer, rectiligne en termes de performance physique.

L’indéniable coup de buis subi par Tsonga à l’entame de la manche finale a permis à Federer de s’envoler pour mener 4-1. Admirable, le Français a écarté des balles de double break à 4-1, puis de match à 5-2. Il a obligé Federer à jouer, jusqu’au bout. Et il n’est pas passé loin de se remettre complètement en selle dans le neuvième jeu, quand le numéro deux mondial a servi pour le match. Pas passé loin. Mais pas passé quand même. Sur ce dernier jeu, comme sur ce match. Sortis sous l’ovation commune du public de la Rod Laver Arena, les deux joueurs ont probablement offert le deuxième plus beau match du tournoi, derrière l’étourdissant Djokovic-Wawrinka. Mais pour la neuvième fois en douze confrontations, Tsonga a quitté le court vaincu par Federer. Un Federer qui disputera vendredi sa dixième demi-finale consécutive à Melbourne, repoussant les limites de sa propre folie statistique.

0
0