Open d'Australie 2013 - Pas de miracle pour Gilles Simon face à Andy Murray

Pas de miracle pour Simon
Par Eurosport

Le 21/01/2013 à 09:29Mis à jour Le 21/01/2013 à 11:05

Gilles Simon ne rejoindra pas Jérémy Chardy et Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale de l'Open d'Australie. Andy Murray a mis fin à son parcours à Melbourne en trois petits sets (6-3, 6-1, 6-3). Le Britannique, numéro trois mondial, sera donc l'adversaire de Chardy au prochain tour. Pour le Niçois, l'heure est maintenant au repos.

C'était mission impossible. Après un match marathon face à Gaël Monfils au tour précédent, Gilles Simon ne donnait pas cher de ses chances face à Andy Murray. Ce lundi à Melbourne, le Niçois n'a effectivement pas tenu le choc physiquement et mentalement face à l'Ecossais qui s'est qualifié sans problème pour les quarts de finale de l'Open d'Australie. Abonné à ce stade de la compétition pour la neuvième fois consécutive en Grand Chelem, Andy Murray affrontera Jérémy Chardy mercredi pour une nouvelle place en demi-finales.

Dès les premiers échanges, Simon sait que le match ne durera pas longtemps. Sans être épuisé, le combat s'annonçait rude. Après 4h43 de match face à Monfils il y a deux jours, le déséquilibre était encore plus criard. Incapable de tenir à l'échange comme il le faisait samedi, le Niçois a été breaké deux fois d'entrée de partie, mais a répondu en refaisant un peu son retard, mais a lâché prise en cédant sa mise en jeu une troisième fois. Rebelote au deuxième set : Simon a été obligé de courir après le score. Rapidement mené 2-0, il a réussi à reprendre un jeu de service à l'Ecossais avant que celui-ci ne s'envole pour de bon (6-1). Avec quinze balles de break à défendre sur l'ensemble du match pour huit breaks réussis par l'Ecossais, le Français a fini de couler lors de la troisième manche, concédée 6-3, sur le 32e coup gagnant de Murray.

"Quand on a couru un marathon, c'est difficile de remettre ça deux jours plus tard, a simplement réalisé Gilles Simon qui va pouvoir prendre du repos. C'était dur, je le savais. J'avais juste envie de faire ce que je pouvais, mais ça a été tout de suite très dur. Tous les deux jeux, je me trouvais une nouvelle douleur. Mais je repars dans un meilleur état qu'à mon arrivée. Quand je repense aux quatre premiers jeux contre Volandri (au premier tour, NDLR), je suis vraiment content d'arriver en huitièmes de finale." Le Français, toujours sans coach attitré depuis sa séparation d'avec Thierry Tulasne, pourra regretter de ne pas avoir un physique à la Djokovic pour espérer pouvoir viser plus loin dans la compétition.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0