AFP

Open d'Australie 2013: Roger Federer éblouissant face à Milos Raonic

Federer en démonstration
Par Eurosport

Le 21/01/2013 à 12:24Mis à jour Le 21/01/2013 à 14:17

Etourdissant, Roger Federer a laminé Milos Raonic en trois sets en huitièmes de finale de l'Open d'Australie. Jo-Wilfried Tsonga aura fort à faire au prochain tour...

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Un Grand Chelem sans Roger Federer en quarts de finale, c’est tout simplement impossible à envisager. Pour la 35e fois consécutive, le Suisse figure donc parmi les huit derniers prétendants dans un tournoi majeur. Malgré un tableau prétendument compliqué, il n’a toujours pas perdu un set. Mieux, il n’a toujours pas perdu son service. Lundi, Milos Raonic ne lui a pas posé davantage de soucis que Bernard Tomic au tour précédent. Pourtant, tout le monde annonçait un énorme test pour le numéro deux mondial, face à un jeune loup aux dents plus acérées encore que celles de Tomic.

Avec l’immense serveur canadien, on allait voir ce qu’on allait voir. On a vu, effectivement. On a vu un Roger Federer éblouissant dans tous les compartiments du jeu, particulièrement au service. Raonic n’a pas démérité. Pourtant, il n’a jamais été en mesure de menacer son prestigieux adversaire. Son match a quelque peu ressemblé à celui contre Tomic. Le score final est d’ailleurs quasi identique (6-4, 7-6, 6-1 contre Tomic, 6-4, 7-6, 6-2 contre Raonic). Seule la deuxième manche a été réellement accrochée. Elle s’est achevée au jeu décisif, comme face à l’Australien. Une fois de plus, Federer a serré le jeu quand il le fallait. La perte de ce tie-break a définitivement condamné Raonic, désabusé et résigné dès l’entame du troisième set, vite plié par un double break du Bâlois.

Physiquement au top

Sur la plupart de ses jeux de service, Raonic a été relativement tranquille. Mais dès qu’il a baissé de pied, même de façon presque imperceptible, Federer a sauté sur la moindre occasion pour le punir. Ce fut le cas dans le premier set, quand Raonic a concédé le break fatal dans le dixième jeu, alors que Federer menait 5-4. Le test annoncé a donc tourné court, mais le mérite en revient entièrement à Federer, qui a encore haussé le ton par rapport à ses précédentes sorties depuis le début de la quinzaine, pourtant très convaincantes déjà. Les deux premiers sets, particulièrement, ont frôlé la perfection. Physiquement, Rodgeur se sent bien et ça se ressent sur le court.

Après cette double leçon accordée aux jeunots du circuit, Federer va retrouver un joueur qu’il connait bien pour l’avoir souvent croisé, notamment en Grand Chelem : Jo-Wilfried Tsonga. Un autre gros serveur, mais nettement plus expérimenté à ce stade de la compétition. Mais pour le Français, la tâche s’annonce immense si le recordman des victoires en Grand Chelem continue d’évoluer à ce niveau. A vrai dire, on voit mal pourquoi il en irait différemment dans la suite de ce tournoi. Même s’il a déjà réussi à battre Federer, y compris en Grand Chelem, une victoire mercredi serait un véritable exploit pour le Manceau.

0
0